Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 07:31

Algérie - Loi de finances pour 2011 : Le projet soumis au vote aujourd’hui à l’APN

apn-algerie-copie-1.jpg

 

Le projet de loi de finances pour 2011 sera soumis aujourd’hui au vote à l’Assemblée populaire nationale dans le cadre d’une séance plénière. Une quinzaine de députés ont proposé plus de 31 amendements à ce texte, auquel se rattachent tous les projets inscrits au titre de l’année prochaine.

Le texte en question qui consacre la deuxième année d’exécution du Programme quinquennal d’investissements publics (2010-2014) a maintenu, faut-il le souligner, le prix de référence du baril de pétrole à 37 dollars US alors que la moyenne des prix d’exportation du brut s’est située à 77,19 USD durant les huit premiers mois de 2010 contre 56 USD à la même période en 2009. Le prix du marché du baril de pétrole est, quant à lui, projeté à 60 USD en 2011, selon ce texte adopté au début du mois de septembre par le Conseil des ministres. En somme, la loi de finances pour 2011 qui ne prévoit aucune charge fiscale supplémentaire, tente de maintenir l’équilibre budgétaire du pays qui connaît un épanouissement macroéconomique interne alors que les incertitudes continuent de peser sur la reprise de l’économie mondiale.

Cette approche de prudence, qui caractérise la conduite des finances publiques depuis plusieurs années, est dictée par l’instabilité de l’économie mondiale lisible à travers «des fluctuations importantes du marché pétrolier sur de courtes périodes, des tendances très variables des marchés boursiers, une prévisibilité difficile des marchés de change en plus des tendances instables des marchés du travail», résume le texte ayant suscité, faut-il le souligner, une multitude d’interventions de toutes les formations siégeant au sein de la Chambre basse. Les députés, dont la majorité ont mis l’accent sur des problèmes locaux, ont profité de l’occasion pour saluer la promulgation prochaine de la loi de règlement budgétaire, puisque le texte est déjà entre les mains des députés. Ils ont souligné par la même la nécessité de rattraper les retards, de mettre fin au gaspillage, et surtout de protéger au mieux les deniers publics. Les remarques des sept groupes parlementaires, quant à eux, ont oscillé entre valorisation et critique de certaines mesures mais faisant l’unanimité quant à la nécessité d’intensifier la lutte contre la corruption et le clientélisme. Certains se sont félicités du niveau des transferts sociaux prévus par le projet de loi, s’agissant notamment des subventions accordées aux secteurs de l’eau, de l’électricité et du logement auxquelles une enveloppe atteignant 13% du PIB a été consacrée.

Selon eux, ce texte qui s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du plan quinquennal des investissements publics (2010-2014) est à même d’insuffler une nouvelle impulsion aux investissements à travers la redynamisation de la production nationale, l’éradication du chômage et l’élimination des constructions précaires. D’autres ont souhaité le développement des recettes hors hydrocarbures et la redynamisation des mécanismes de contrôle pour préserver les deniers publics de la corruption et de la négligence. Après l’adoption de ce texte, l’on s’attend à la soumission des lois concernant la promotion immobilière et le règlement budgétaire après l’Aid aux députés. Celui-ci est présenté par l’Exécutif sous forme de plusieurs documents, indique-t-on. L’un concernant l’exercice de 2008 et l’autre a trait aux états cumulatifs relatifs aux exercices de 1981 à 2007, illustrés par des tableaux et des données chiffrées se rapportant aux dépenses, aux recettes budgétaires et aux résultats.

Ce document est annexé à une synthèse sur l’avoir et le découvert du Trésor public, à une nomenclature des comptes du Trésor antérieurs à 2008 ainsi qu’à deux rapports d’appréciation de la Cour des comptes.  Cette loi, faut-il le souligner, intervient conformément à l’article 160 de la Constitution et des articles 68, 76, 77, et 78 de la loi 84-11 du 7 juillet 1984 modifiée et complétée. Seulement, entre-temps, le Premier ministre Ahmed Ouyahia devra présenter lui aussi une déclaration de politique générale au Conseil de la nation. Evénements à suivre…

Source Horizons Karima Alloun.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires