Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 08:57

Guerre déclarée aux promoteurs véreux

habitat construction

 

Le projet de loi sur la promotion immobilière a été soumis, hier, à débat à l’Assemblée populaire nationale dans le cadre d’une séance plénière présidée par M. Abdelaziz Ziari.

M. Noureddine Moussa, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, est revenu sur les contours de ce nouveau texte devant, d’après lui, «mettre fin aux dépassements et aux pratiques parasitaires émanant des pseudo-promoteurs».

Le représentant du gouvernement ne va pas avec le dos de la cuillère pour tirer à boulets rouges sur les promoteurs épris de gain facile, au détriment des citoyens en quête d’un toit décent.

Il usera d’un ton ferme pour faire comprendre que le temps de l’anarchie est révolu, s’agissant d’un domaine très sensible étroitement lié à l’un des majeurs défis du président de la République, à savoir le logement. Le ministre commence par dire que les dix dernières années ont connu une dynamique particulière avec le lancement des programmes de logement, dont 75% sont promotionnels.

Ce qui a valu une enveloppe de 3700 milliards de dinars. Le terrain, indique-t-il, a démontré les limites de l’ancienne loi. Celle-ci a prouvé que la prestation des promoteurs n’était pas toujours à la hauteur des attentes des citoyens «pris en otages» dans la mesure où le logement constitue un besoin indispensable. En plus des aides décidées par le gouvernement à l’égard des franges moyennes de la société, le ministre précise que la loi en question intervient pour rationaliser les prix du logement et de l’immobilier «connaissant ces derniers temps une montée vertigineuse». Partant de ce constat, le gouvernement a décidé de passer «à la répression» en légiférant dans un objectif de promouvoir le cadre bâti, en fonction des besoins du marché immobilier.

La nouveauté, les promoteurs, seront obligés en vertu de cette loi d’évaluer et d’achever surtout les projets entamés, de ne pas procéder à l’augmentation du prix du logement de plus de 20% du prix initial, et même si cela arrive, il faut le justifier. Dans un objectif d’accélérer la cadence du logement, cette loi devra impliquer les promoteurs dans la restauration des constructions. Chose qui n’existait pas par le passé, a fait savoir le ministre, en soulignant le fait que les promoteurs soient contraints selon la nouvelle loi d’assurer une bonne gestion des copropriétaires. Pas seulement des sanctions sont prévues pour les promoteurs qui ne garantissent pas des contrats de vente aux acquéreurs, et surtout contre la publicité mensongère.

Le ministre note que cette loi doit être appliquée 18 mois après sa publication. Les députés, quant à eux, ont souhaité que les constructions tiennent compte à l’avenir de l’image de la ville, et surtout des revenus de la classe moyenne. Certains, par contre, ont estimé que cette loi est trop «répressive».

Source Horizons Karima Alloun

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires