Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 04:27

Tout est prêt sauf… les électeurs

elections abstention

 

 

Si les 44 partis politiques et autres candidats indépendants engagés dans la course aux 462 sièges du Parlement sont mobilisés et motivés par des ambitions et des rêves particuliers, les électeurs, eux, ne semblent pas se prêter au jeu des législatives et sont complètement démobilisés et démotivés.

Administration à pied d’œuvre, partis politiques mobilisés, listes de candidature ficelées et déposées, les préparatifs en prévision des élections législatives du 10 mai prochain vont bon train. Les listes de candidature étant déposées, la campagne électorale sera entamée officiellement dans six jours. Tout semble être prêt sauf l’électorat, ce chaînon manquant pour cette échéance électorale qui, à une cinquantaine de jours du scrutin, est loin d’emballer les électeurs en Algérie comme à l’étranger. En dépit de la multiplication des appels au vote, les électeurs semblent se désintéresser de cette élection qui met en course des candidats aux 462 sièges de la prochaine Assemblée populaire nationale (APN). La menace de l’abstention, qui inquiète les plus hautes instances de l’Etat, est telle que les partis politiques et les pouvoirs publics ne cessent de multiplier  les appels au vote massif à l’adresse des électeurs, complètement démotivés et démobilisés.

A voir le taux d’absentéisme de nos députés, phénomène tant soulevé mais jamais sanctionné, il y a de quoi avoir des réticences et perdre confiance en les parlementaires pour qui les préoccupations de leurs concitoyens ne sont point une priorité, encore moins un souci. Les Algériens courtisés de part et d’autre ne l’entendent pas de cette oreille pour reprendre le chemin des urnes.

Sur les ondes de la Radio nationale et de la Télévision ou même à travers la presse écrite, les appels au vote massif  font ces derniers jours redondance, loin d’influer et de dissiper les réticences des électeurs, auditeurs et téléspectateurs. Des partis politiques nouvellement agréés se disent «prêts» à participer aux élections législatives du 10 mai 2012, alors que d’autres affirment être engagés dans une «course contre la montre» afin d’achever leurs préparatifs et pouvoir déposer les dossiers de candidature avant la fin du délai légal fixé au lundi, 26 mars, avant minuit.

Pour  ces législatives, force est de constater que les formations politiques nouvellement agréées prendront part aux législatives du 10 mai, un baptême pour ces partis qui disputeront les sièges de l’APN avec d’anciennes formations politiques qui connaissent parfaitement le chemin pour y arriver.

Il est convient de souligner que le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, a avoué que «l’abstention est une crainte qui me hante, compte tenu du scrutin législatif par le passé qui n’a pas mobilisé grand monde». Le ministre, faisant allusion aux législatives de 2007, avait expliqué que c’est le scrutin qui a enregistré le plus fort taux d’abstention.

Du reste, M. Ould Kablia a mis en évidence les appréhensions soulevées par ceux qui boycottent sous prétexte que le résultat était connu d’avance. En guise d’assurance, le ministre, pour tenter de ramener l’électoral sur le chemin des urnes, a promis d’assurer la transparence en mettant à contribution des observateurs internationaux qui sont actuellement en Algérie.

Enfin, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, Abdelkader Ouali, a insisté à Ouargla sur la totale transparence des élections législatives et l’entière neutralité de l’administration à laquelle il appartient de faire preuve de vigilance et veiller au respect rigoureux de l’application de la réglementation.      

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires