Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 06:18

L'Algérie broie encore du noir avec l'annonce de la maladie du Président Bouteflika.

Bouteflika malade

 

La République ne s'en remet toujours pas de vivre presque chaque décennie un nouvel épisode dans le système qui gouverne le pays. Et cela dure depuis cinquante ans. Nos présidents ne finissent jamais leur mandat selon les normes légales ou physiques. Ben Bella avait été tiré de son lit dès potron-minet et jeté en prison durant tout le long règne de Boumediene, soit treize ans jusqu'à ce que ce dernier succomba à sa maladie après une longue agonie. Son successeur Chadli Bendjedid, élu président en février 1979, est chassé de son trône en 1992 pour faire place à un historique de renom, Mohamed Boudiaf, rappelé de son exil marocain pour diriger le HCE.
Au bout de six mois de gouvernance, il connaîtra une fin tragique, criblé de balles sorties d'un Kalachnikov de son propre garde du corps.
Rappelé de sa ville natale Batna où il commençait à peine à jouir des plaisirs éphémères de sa retraite de général, Zeroual, promu ministre de la Défense nationale avant d'être élu président de la République, annonce, trois ans après, qu'il se retirait de la Magistrature suprême et annonçait la tenue d'une présidentielle anticipée pour avril 1999. Excepté Ali Kafi, qui succéda à Boudiaf à sa mort, cinq de nos présidents de la République ont fini par connaître tous une fin de règne interrompue soit par la maladie, soit par un renversement militaire, soit par une fin tragique. A nouveau, la République algérienne est aspirée dans un trou d'air. Pour la deuxième fois, le Président Bouteflika, en voie d'achever son troisième mandat, est transféré en France pour des soins d'urgence suite à des complications d'ordre cardio-vasculaire.
Depuis quatre jours, c'est toute l'Algérie qui sombre dans la dépression politique et qui se shoote à coups de prozac. Où allons-nous?
Le peuple est inquiet. La classe politique est aphone. Comme frappée de stupeur. Et le choeur des pleureuses commence à faire entendre ses premiers gémissements. Il y a de quoi, car la Présidence de la République, c'est le coeur du pouvoir.
Dans cet univers impitoyable de la politique et de la course au pouvoir, l'on sait depuis les tragédies grecques que toutes les ambitions et que toutes les carrières politiques sont bâties sur la mort du père. Les psychanalystes appellent cela la fascination du pouvoir. Et c'est déjà la poussée du prurit des premières craintes de basculer dans le catastrophisme.
Le Président Bouteflika est un homme de 76 ans. Comme nous tous, il a l'âge de ses artères.
Il a aussi le droit absolu de tomber malade. D'avoir de la fièvre. De souffrir des maux d'estomac ou d'éprouver les affres d'une tension artérielle capricieuse. Et de subir une batterie d'examens médicaux. Le vrai discernement devrait nous conduire à ne pas faire l'amalgame entre cette situation et ce qui relèverait de la jouissance du pouvoir pur et de narcissisme. Ne dit-on pas qu'«en politique, il n'y a pas de convictions, il n'y a que des certitudes»?
Qu'il soit roi, bûcheron ou palefrenier, un homme malade n'est jamais fini.
Déjà les premiers commentaires des médias viennent avec beaucoup d'indélicatesse assommer l'opinion publique sur une prétendue présidentielle anticipée. D'autres, issus de la pire engeance qui soit, vont jusqu'à accuser le Président et son très proche entourage d'avoir sombré dans une dérive monarchique.
Les Algériens veulent-ils encore de Bouteflika? La question dérange, mais elle a le mérite d'être posée. L'incapacité du Président ne relève pas du secret médical, elle concerne tout un peuple. Elle n'est plus un déni permanent. C'est dire que le Président n'est pas et ne peut pas être, en fin de compte, un homme ordinaire. Aujourd'hui, les peuples du monde veulent savoir si l'état physique de leur président fonctionne aussi bien que les organes de leur véhicule qu'ils conduisent le matin en allant rejoindre leur boulot. Ils ne veulent pas être surpris par une panne mécanique, ni encore moins de se faire remorquer au garage d'à-côté.
L'Histoire du siècle dernier nous a montré qu'en pleine Seconde Guerre mondiale, le président américain Franklin Roosevelt voyageait, négociait avec Staline et Winston Churchill, vissé à son fauteuil roulant, sans prendre un instant de répit. Voilà un handicapé moteur qui a dirigé une guerre mondiale!
Un Président est out si sa maladie produit un effet sur ses facultés mentales. Sur sa capacité de jugement. Ou sur sa sérénité.
Le président François Mitterrand, interrogé un jour par un journaliste sur sa santé, a rétorqué: «Je reconnais qu'il m'arrive d'éternuer.»
Mais le même Mitterrand avait caché longtemps aux Français le mal dont il souffrait et qui avait fini par l'emporter.
Plus tard, coincé, à sa sortie de l'hôpital Cochin à Paris où il avait été opéré d'un cancer de la prostate, par une équipe de télévision, Mitterrand avait répondu au journaliste: «Je ne pense pas qu'on m'ait enlevé un lobe de cerveau, ce n'est pas de ce côté que ça s'est passé. J'ai à accomplir ma tâche pour laquelle les Français m'ont élu. C'est à ma portée.»
La maladie d'un président était un secret d'Etat. Dans le monde d'aujourd'hui, elle ne devrait plus l'être. Elle engage l'avenir d'un peuple. Elle peut déteindre sur les rapports internationaux. Provoquer des conflagrations.
Durant la guerre froide, les services d'espionnage du KGB, de la CIA, du Mi6 et de la DGSE avaient leurs spécialistes pour «diagnostiquer» ces malades cachés à la face du monde.
Les Américains n'avaient-ils pas détourné les urines du président français Georges Pompidou, lors d'une rencontre avec Nixon, pour les analyser? La CIA avait fini par détenir la preuve que les jours du président français étaient comptés. Le malaise de Bouteflika restera toujours un malaise. Et ce n'est pas pour autant que ceux qui ont choisi d'épouser une posture d'embuscade politique peuvent, d'ores et déjà, prétendre que c'est un président fini et que les jeux sont faits pour le prochain mandat présidentiel de 2014.
Prompt rétablissement, Monsieur le Président!

Source L’Expression Ahmed Fattani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires