Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 09:07

Un document conclut la série de conclaves des six - Réformes ou replâtrages ?

bouteflika

 

La réunion des Six, ces fameux conclaves entre Bouteflika et les plus hauts responsables des institutions de l’Etat, a pris fin jeudi dernier avec la présentation, par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, d’un rapport de conclusions. C’est ce que nous a confié une source proche de la présidence.
Il s’agit, pour rappel, de réunions secrètes entre Bouteflika, le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, le président de l’APN, Abdelaziz Ziari, du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, du président du Conseil constitutionnel, Boualem Bessaieh, et du ministre d’Etat, représentant personnel du président de la République, Abdelaziz Belkhadem. Elles ont eu lieu successivement les mercredi 9 et jeudi 10 mars, puis le lundi 14 mars et, enfin, le jeudi 17 mars au palais d’El- Mouradia. «La réunion de jeudi dernier était la dernière du genre. Elle s’était penchée sur le rapport présenté par Ouyahia», a indiqué notre source. Un rapport qui porte, selon notre source, sur l’ensemble des points évoqués lors des précédentes réunions. «Ces réunions étaient motivées par les derniers développements au niveau national et international. Il s’agissait d’arrêter un certains nombre de mesures pour faire face à la situation.» Des mesures qui sont intimement liées à l’évolution de la situation, particulièrement au niveau interne. «Tout dépendra du niveau de la contestation. De sa nature aussi et des formes que cela prendrait, éventuellement ». Cela est surtout valable s’agissant d’une éventuelle dissolution de l’Assemblée. «C’est là une extrémité que la situation n’exige pas, pour le moment», croit savoir notre source. Ceci étant, ce qui est certain, désormais, c’est la révision de la Constitution. «Une révision qui interviendra courant cette année et se fera à travers le Parlement et non pas par voie référendaire, confirme encore notre source. De la sorte, Abdelaziz Bouteflika évitera de mener une campagne électorale, physiquement très exigeante. Que changera-t-il dans la loi fondamentale ? «La conjoncture internationale d’ensemble l’imposant presque, il est certain que le président reviendra à l’ancienne formule d’avant novembre 2008, en reprenant la limitation des mandats présidentiels à seulement deux», a encore confié notre source. L’ère des présidences à vie étant à jamais révolue avec le vent des révoltes qui secoue le monde arabe depuis décembre dernier, Bouteflika ne peut plus se permettre de rester en rade. «L’effet d’annonce sera important. Et en plus, cela n’influera aucunement sur lui ( Bouteflika, ndlr) car, le concernant, la comptabilité commencera à partir de 2014, une loi n’étant jamais à effet rétroactif.» Aussi, est-il attendu «d’autres amendements significatifs et qui iront dans le sens d’un renforcement des prérogatives du Parlement et de celles du Premier ministre pour un meilleur équilibre des pouvoirs », a ajouté notre source. «L’élu doit être valorisé. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’orientera la nouvelle mouture du code de la commune qui a fait l’objet d’intenses consultations entre Ouyahia, Belkhadem et Ziari sur recommandation du président», selon la même source.
Le gouvernement reprend ses réunions
Le Premier ministre étant complètement «absorbé» par la préparation du rapport demandé par Bouteflika, le gouvernement avait dû reporter deux réunions qu’il devait tenir la semaine dernière. Ce n’est donc que lundi dernier que les membres du gouvernement ont reçu une convocation pour une réunion de l’exécutif aujourd’hui, mercredi. Selon une source gouvernementale, l’ordre du jour portera sur l’examen de l’avant-projet des statuts des personnels de la Télévision nationale et de la Radio nationale, essentiellement. Pour demain, jeudi, Ouyahia prévoit une autre réunion, celle du Conseil des participations de l’Etat et qui se penchera sur plusieurs questions économiques, notamment l’épineuse affaire des holdings publics.

Source Le Soir d’Algérie Kamel Amarni

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires