Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 02:55

Algérie - Clap de fin

algerie gouvernement 

 

Le nouveau Premier ministre n'est pas dans l'obligation de réunir autour de lui un grand nombre d'experts pour mener à bien sa mission qui doit logiquement se poursuivre jusqu'en 2014. Sellal n'est pas en poste pour chambouler le paysage politique de l'Algérie ni pour changer la structure de son économie. Il n'a qu'une mission fondamentale: mener à bien deux élections et un projet de réforme constitutionnelle. Certes, ce n'est pas rien que de préparer la tenue d'une élection qui devra aboutir à la désignation d'un nouveau président de la République en 2014 et avant cela de veiller à l'installation de nouvelles APC et APW et, dans l'intervalle, adopter une nouvelle Constitution. Mais, ce ne sont pas là des projets herculéens. Le gros des travaux à entreprendre était déjà fait depuis plus d'une décennie. Rien que pour le dernier plan quinquennal, 286 milliards de dollars ont été prévus. Et ce ne sont pas les quelques mois qui restent encore avant l'achèvement du mandat présidentiel, qui seront décisifs dans la vie de la nation en termes de réformes. Le gouvernement a beau communiquer sur le niveau de formation des nouveaux ministres, il est presque certain que ce bagage intellectuel ne sera pas d'un grand secours. Tout dans la désignation de Sellal rappelle les conditions par lesquelles est passé l'ancien chef du gouvernement, Sid Ahmed Ghozali, qui lui, avait un mandat explicite d'organiser des élections. La comparaison aurait pu s'arrêter là. Pourtant, les élections qui devaient à l'époque de Ghozali, être propres et honnêtes ont toujours été une source de soucis pour les gouvernants.
On commence par promettre qu'on s'entoure de toutes les précautions pour empêcher la fraude. Puis, patatras! Voici le vase cassé. A peine les urnes closes que des voix s'élèvent pour dénoncer des irrégularités. C'était encore le cas lors des dernières législatives de mai 2011. Rien n'a fondamentalement changé depuis. Il faut donc s'attendre à une passe d'armes entre les partis politiques de l'opposition et le ministère de l'Intérieur dont les responsables jurent par tous les saints que toutes les mesures sont prises pour assurer un scrutin à la loyale. Bien sûr, chacun espère que le quinquennat du Président soit clôturé en beauté. Et qu'il n'y ait aucune ombre au tableau. Mais la vie politique en Algérie est ainsi faite. Il y a toujours de l'ombre. D'ailleurs, il y en a même qui ne vivent qu'à l'ombre. Plus c'est sombre, mieux on s'en trouve caché. Dans le noir, toutes sortes de trafics sont permis. Mais à cette zone de non-droit, personne n'ose s'attaquer. Et c'est dans ce tunnel qu'intérêts politiques et intérêts financiers trouvent leur prospérité. Les premiers protégeant les seconds et ces derniers finançant les premiers.
En termes de moralité, il y aura beaucoup de monde à dénoncer encore et encore l'argent sale. Et beaucoup de monde à en profiter jusqu'à travestir complètement le sens même d'un suffrage universel. Aux riches, les bancs des assemblées. Aux pauvres, tout le reste.

Source L’Expression Ahmed Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires