Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 23:42

Flambée de l’euro : les explications d’un banquier

euro.jpg

L’euro flambe et se raréfie sur le marché parallèle des devises en Algérie. En quelques semaines, la monnaie européenne est passée de 125 dinars à plus de 145 dinars sur le marché parallèle des devises. Sur le marché officiel du change, l’euro est actuellement à 106 dinars.

La hausse sur le marché parallèle concerne toutes les régions du pays. Un pic historique jamais atteint par le passé. « Cette flambée de l’euro est due au croisement de deux facteurs. La forte demande, le recul de l’offre sur le marché noir parce que les émigrés envoient de moins en moins d’euros et la création du billet de 2000 dinars », explique une source bancaire.

Le marché noir, déjà fortement sollicité par les importateurs depuis l’instauration en août 2009 du Crédit documentaire comme unique moyen de paiement des importations, n’arrive pas à satisfaire la forte demande. « Il y a trois types de demandeurs : ceux qui achètent quelques euros pour se procurer des médicaments ou des produits à l’étranger, ceux qui achètent des euros pour le tourisme, la Omra et le Hadj et, enfin, ceux qui convertissent leurs dinars en euros pour diverses raisons », explique la même source.

Les mises en grade du ministre des Finances Karim Djoudi contre les risques inflationnistes en 2011 en raison de la hausse des salaires des fonctionnaires et la création du billet de 2000 DA affolent les grosses fortunes. « Ceux qui ont des dinars thésaurisés chez eux les échangent en euros pour se prémunir contre une éventuelle dévaluation de la monnaie nationale », ajoute la même source. C’est ce qui contribue fortement à la hausse de l’euro.

Les opérations menées récemment par les services de sécurité contre les réseaux de change de devises au noir à Alger ont également contribué au recul de l’offre en raison de la fermeture de plusieurs « points de change ». « Les mesures frontales décidées par les pouvoirs publics contre le marché noir des devises a provoqué un recul de l’offre conjugué à la forte demande, ce qui a fait flamber l’euro d’une façon inhabituelle », ajoute la même source bancaire.

Enfin, les évènements sociaux qui secouent le pays depuis plusieurs mois avec la multiplication des grèves et les risques d’un soulèvement populaire contre le pouvoir accentuent la tension sur le marché noir des devises. « Ceux qui ont des euros préfèrent ne pas les échanger dans la situation actuelle et  les émigrés algériens en Europe, qui alimentent en partie le marché, envoient de moins en moins d’euros à leurs familles en raison de la crise économique dans leur pays », explique la même source bancaire.

Source L’Expression Hamid Guemache

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires