Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 08:34

Les retraités de Sétif montent au créneau

retraites en colere

Lors d’une réunion relative à l’étude de la revalorisation des pensions de retraite, le Conseil syndical des travailleurs retraités de la wilaya de Sétif menace d’organiser, sous l’égide de la Fédération nationale des travailleurs retraités, une marche ou un sit-in à l’échelle nationale, et ce, pour dénoncer le mépris affiché par les pouvoirs publics à cette frange de la population.
«Considérant que la mesure portant augmentation des pensions de retraités annoncée lors de la 14e tripartite n’a pas, jusqu’à ce jour, été confirmée, conformément aux promesses données au nom de l’UGTA par son secrétaire général Abdelmadjid Sidi Saïd, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh et plusieurs autres responsables du secrétariat national qui ont tenu des conférences à travers le territoire national, ainsi que les déclarations du directeur général de la Sécurité sociale, M. Bourkaib, faites à la télévision nationale, affirmant que les pensions de retraite seront augmentées de 40% et payées au cours du mois de novembre. Qu’en est-il aujourd’hui de toutes ces promesses ? Plus d’un mois après cette tripartite, les retraités ne voient rien venir, et rien n’a filtré jusqu’à ce jour, à part des déclarations controversées des responsables officiels», peut-on lire dans le procès-verbal de réunion du Conseil syndical des travailleurs retraités de la wilaya de Sétif. Les retraités rejettent les prétextes fallacieux présentés par les pouvoirs publics pour la non-application de cette mesure d’augmentation. «Devant cette situation qui, malheureusement, ne concerne que les retraités qui, à chaque fois qu’ils demandent une amélioration de leur condition de vie, le problème des ressources financières apparaît comme par enchantement. Devons-nous comprendre que le retraité qui a accompli son devoir par le passé est devenu une charge pour l’Etat et les pouvoirs publics, et ce, malgré la volonté du président de la République de résoudre la situation précaire des retraités par sa décision de relever la retenue de fiscalité pétrolière de 2 à 3%. Malgré cela, nous continuons à vivre les déclarations controversées, montrant du doigt la Caisse nationale des retraites (CNR) comme seule instance responsable de l’amélioration des conditions de vie des retraités, et créer des manœuvres dilatoires repoussant aux calendes grecques la revalorisation de nos pensions de retraite», lit-on encore dans le communiqué. Et les retraités de demander que cesse ce sentiment de mépris envers ceux qui ont fait la fierté du pays. Ils attirent l’attention des responsables sur la décision qu’ils prendront en réponse à la plateforme de revendications présentée par la Fédération nationale des travailleurs retraités et jugent que l’augmentation de 40% est un minimum acceptable sans pour autant perdre de vue les autres points revendiqués, au nombre de huit, et présentés au Premier ministre lors de la tripartite. «En réponse à toutes ces frustrations de la part des pouvoirs publics, les retraités sont prêts à occuper la rue et faire entendre, encore une fois, leurs cris de détresse et de misère dans lesquelles ils ont vécu pendant des années retenant, la mort dans l’âme, tout espoir de voir leurs pensions améliorées et régularisées au cours du mois de novembre 2011», ajoutent-ils. Et les retraités de s’interroger, «Pourquoi les retraités sont marginalisés contrairement à tous leurs frères travailleurs des autres secteurs d’activité du pays qui ont bénéficié d’augmentations de salaires conséquentes et de rappels faramineux, sans pour autant que le problème financier ne soit posé ?» Et d’avertir les pouvoirs publics : «Nous estimons que ces mesures conduisent à des actes de révolte et de protestation contre cette injustice, voire une incitation à la déstabilisation et à l’anarchie, sinon comment justifier, Messieurs de la tripartite ces doubles mesures et cette partialité vis-à-vis des retraités, si ce n’est qu’un cautionnement en faveur d’un compromis au détriment des classes pauvres et nécessiteuses. D’où est sorti cet argent dépensé par l’Etat et refusé aux retraités qui ne demandent qu’une vie décente et vivre dans la dignité avec leurs familles ?». A la fin, le Conseil syndical des retraités affirme la détermination et la mobilisation de tous les retraités de la wilaya de Sétif pour crier haut et fort l’obtention de leurs droits légitimes et ne cesseront d’agir en usant de toutes les voies jusqu’à satisfaction de leurs revendications.
Source Le Soir d’Algérie Imed Sellami

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires