Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 23:44

Algérie - Piscine El Kettani : Un bassin qui draine la grande foule

piscine-el-kettani.jpg

Hormis deux ou trois piscines open air gagnées sur le littoral algérois, qui datent de l’époque coloniale, aucune commune de la wilaya d’Alger ayant les pieds dans l’eau n’a jugé bon d’inscrire un tel projet sur un site balnéaire.

Un type d’infrastructures qui, pourtant, devait revenir moins cher et résorber le grand rush des estivants, surtout que nos sites balnéaires ont peine à se défaire de la pollution que génèrent et les déchets solides et les eaux usées des foyers. Si l’on excepte celles qui relèvent des hôtels et autres structures sportives, les 18 communes longeant le littoral de la wilaya d’Alger n’ont pas jugé utile d’intégrer dans leur plan de développement communal des piscines au bord de la mer. Si la piscine de l’ex-club Ridja est réservée à une tranche sélective, celle d’El Kettani n’ouvre ses portes au public que l’espace de la saison estivale, le reste de l’année, elle est inopérationnelle.

Fonctionnelle pour cette saison depuis le 1er juin, la piscine El Kettani qui relève de la direction de la jeunesse et des sports de wilaya, dispose de trois bassins et d’une cafétéria, d’une infirmerie, de douches et vestiaires qui drainent la grande foule. Une piscine qui reçoit une moyenne de 800 personnes par jour, nous dit le directeur de la structure, Karim Benhalla. « Avec la mise en place du Plan Azur qui se traduit par la présence d’une police de proximité pour la protection de l’environnement et la sécurisation des sites balnéaires et lieux de loisirs, on enregistre une grande affluence comme chaque saison, notamment les familles pour lesquelles nous sommes disposés à réserver un cadre agréable au sein de notre structure », rassure notre interlocuteur qui tient à conférer une autre image de la piscine qui se résume, selon lui à « offrir des moments d’évasion aux petites gens à un prix presque symbolique ». En effet, le prix affiché pour l’accès à la piscine défie toute concurrence. Il ne dépasse pas 30 DA par personne et 1000 DA/ mois pour les familles qui choisissent l’option carte, et ce, pour une plage horaire allant de 10h à 18h.

Un tarif très abordable par rapport à celui pratiqué dans certaines piscines privées comme Kiffan Club qui affiche un prix de 700 DA/jour, nous dit-il. Ainsi, les enfants de cette localité de Bab El-Oued et des quartiers alentour peuvent s’offrir des moments de farniente et décompresser, l’espace d’une journée dans ces bassins dont l’eau de mer est renouvelée et contrôlée régulièrement par les services compétents, explique-t-il. Côté sécurité, « la réglementation est stricte dans ce lieu », tient à rassurer le responsable de la structure, principalement envers ceux qui s’aventurent à créer des incidents ou déroger aux règles de bienséance. « Notre souci est de conforter le sentiment de quiétude chez les estivants et leur offrir de meilleures commodités, surtout pour les familles auxquelles est réservé un endroit propre et sécurisé », renchérit-il. La Protection civile qui élit ses quartiers dans la plage El Kettani n’est pas en reste, elle a un œil rivé sur cette infrastructure protégée par un enrochement convoité par les pêcheurs à la ligne. « Depuis début juin, nous avons effectué une trentaine d’interventions à des degrés divers sur les plages El Kettani et R’mila, deux sites plus ou moins réaménagés et nettoyés lors de l’opération ‘‘Eboueurs de la mer’’ effectuée le 1er juin.

Dans ces plages mitoyennes qui grouillent de monde – grâce à la station de refoulement des eaux usées qui autorise la baignade –, on ne dénombre pas de cas de décès hormis un seul cas, un jeune épileptique qui a rendu l’âme, dernièrement à la piscine El Kettani », précise un des éléments de la Protection civile. Quant au volet animation, censé meubler les soirées comme lors des dernières années, il est prévu en accord avec la Chaîne El Bahdja des concerts de chaâbi prochainement. Des soirées qui se prolongeront, à l’occasion du mois de Ramadhan. Lors du mois sacré, les bassins de la piscine seront également fonctionnels pour accueillir les enfants. « Nous avons décidé de ne pas léser les gosses qui pourront, éventuellement, profiter chaque jour jusqu’à 19h », conclut-il.

Source El Watan M.Tchoubane

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires