Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 10:50

Les quatre vérités de Hannachi

M.-Hannachi.jpg

Les quatre vérités de Hannachi

 

Les graves révélations du président de la JSK, selon lesquelles le patron de la FAF, Mohamed Raouraoua, lui aurait demandé d’arranger le match contre Al Ahly, ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Hier, un communiqué – non signé – publié sur le site Internet de la Fédération, a qualifié les déclarations de Hannachi de «mensongères», «diffamatoires» et «tapageuses». La FAF souligne que ces nouvelles déclarations feront l’objet «d’un examen par les instances du football concernées».

- La FAF a rendu public, hier, un communiqué dans lequel elle qualifie vos déclarations de «mensongères» et de «grotesques». Quelle est votre réaction, M. Hannachi ?

Tout d’abord, je tiens à souligner que ce fameux communiqué dont vous parlez n’est pas signé. Pour moi, Raouraoua, que j’ai personnellement accusé, n’a pas répondu. C’est peut-être un membre de la fédération qui a fait ce communiqué, puisque le concerné est à La Mecque. Donc pour moi, Raouraoua n’a rien écrit et je maintiens toujours mes propos. S’il croit qu’il va me faire peur avec la justice, il se trompe lourdement.

- Le communiqué de la FAF rejette vos accusations en faisant remarquer que même les dirigeants d’Al Ahly avaient accusé M. Raouraoua d’avoir été derrière la défaite de leur club face à la JSK et l’ES Tunis…

Non, ça n’a rien à voir. Ils l’ont accusé quand ils ont perdu contre l’ES Tunis parce que Raouraoua était présent sur le plateau de Nessma TV, alors qu’il n’est jamais venu à Tizi Ouzou.

 - Certains observateurs pensent que votre passe d’armes avec Raouraoua traduit peut-être un affrontement entre deux clans au pouvoir, du fait que vous soyez tous deux des poids lourds du football national…

Non, non. Moi je n’ai rien à voir avec aucun clan du pouvoir. Je suis à Tizi, en Kabylie, et je dirige la JSK tant que ça marche. Et si les choses n’évoluent pas comme il se doit, je laisserai ma place à une autre personne. Maintenant que nous avons créé la SPA, j’ai déclaré avant la conférence de presse que celui qui ramène de l’argent, pourra rejoindra évidemment les structures dirigeantes du club. Que voulez-vous de plus ?

 - Le communiqué évoque que des investisseurs «crédibles» se sont proposés à la FAF d’investir «massivement» dans le capital social de la JSK. Pourquoi avez-vous refusé ces apports ?

Mais qui sont ces gens-là ? Qu’ils donnent les noms de ces investisseurs. Je vous fais remarquer que nous avons envoyé le 27 mai 2010 une lettre au PDG de l’ETRHB, M. Haddad, (copie reçue par El Watan) dans laquelle nous lui demandions de rejoindre la JSK en tant qu’actionnaire majoritaire et de prendre le club.

C’est vous dire que les allusions de la fédération sont farfelues. En plus, pourquoi ces «investisseurs» sont-ils allés voir la FAF et non pas les dirigeants de la JSK ? C’est vraiment le monde à l’envers ! Alors chiche ! qu’ils nous disent qui sont ces industriels qui veulent investir à la JSK ! Je considère ces propos comme une insulte à tous les membres de l’assemblée générale de notre club; comme si la JSK n’a personne pour parler en son nom.

 - Revenons un peu à vos accusations contre Raouraoua. Avez-vous des témoins qui pourraient confirmer vos dires. Comment cela s’est réellement passé ?

Oui, j’en ai même beaucoup ! J’étais dans le bureau du président de la FAF à Dély Brahim quand une personnalité est entrée au moment même où M. Raouraoua me demanda expressément de laisser Al Ahly gagner le match contre la JSK. Cette personnalité me lança alors ceci : «Hannachi, jamais… il faut gagner ce match !»  

 - C’est qui ce témoin ? S’agit-il d’un membre du bureau fédéral ou d’un dirigeant de la JSK ?

 Je ne peux pas révéler son identité. Je préciserai seulement que c’est un homme très important, c’est un haut responsable du pays. Quant aux dirigeants de la JSK, cela s’est passé au Caire. Raouraoua ne leur a pas demandé de lever le pied, mais il les a mis en garde contre une agression des Egyptiens, du genre : «Faites attention, ils vont vous agresser.» Or il n’y avait aucune tension, mieux encore, notre délégation a été accueillie avec des fleurs.

 - Mais vous conviendrez que votre accusation contre Raouraoua est d’une extrême gravité... Oui, je le sais et je la maintiens. D’ailleurs, j’ai même informé le responsable de la fédération qui a accompagné la JSK au Caire de la «proposition» de Raouraoua.

 - Mais pourquoi alors avez-vous mis près de trois mois pour faire de telles révélations

Ecoutez, il y a trois personnes qui m’ont demandé de ne pas ébruiter l’affaire. Il y a le PDG de Nedjma, Joseph Gad, le directeur d’Echourouk, Ali Fodil, et le consul général d’Algérie en France, Abderrahmane Meziane Chérif. Ils m’ont prié de ne rien faire. Je leur ai dit d’accord je ne fais rien, mais s’il y a quelque chose je vais bouger...

 - Pouvez-vous, M. Hannachi, nous dire pourquoi M. Raouraoua voulait faire gagner Al Ahly comme vous l’accusez ?

 Eh bien, vous savez qu’il brigue le poste de président de la CAF. Il veut donc rendre service aux Egyptiens pour qu’il obtienne leur soutien lors des prochaines élections. J’ajouterai que M. Raouraoua est associé avec le groupe égyptien Arab Contractors. Et le siège de la FAF qui  est-ce qui l’a construit ? C’est évidemment Arab Contractors. C’est aussi le même groupe égyptien qui a construit la fameuse tour de Bab Ezzouar. Il y a encore d’autres affaires que je pourrais divulguer en temps opportun. Malheureusement, Raouraoua n’a pas répondu à mes accusations et son communiqué n’est qu’un tissu de généralités qui plus est, n’est même pas signé.

La FAF répond à Hannachi

«Des propos mensongers et grotesques»

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, a fini par réagir aux accusations gravissimes du premier responsable de la JS Kabylie, Moh-Chérif Hannachi.

Sans se prononcer en personne, Raouraoua s’est contenté d’un communiqué rendu public hier sur le site officiel de la Fédération, dans lequel il rejette les révélations de Hannachi selon lesquelles il lui aurait demandé d’arranger le résultat du match retour face au Ahly du Caire en faveur des Egyptiens. «Les dernières élucubrations de Mohand Chérif Hannachi, qui accuse le président de la Fédération algérienne de football de vouloir nuire à la JSK, ne sauraient tromper longtemps l’opinion publique sportive. Les propos outranciers par lesquels il présente le président de la FAF comme un fervent avocat du Ahly du Caire sont, en plus d’êtres mensongers, tout simplement grotesques. D’autant que la position ferme du président de la FAF vis-à-vis des dirigeants du Ahly du Caire est largement connue. Ces derniers, relayés par la presse égyptienne, ont en effet imputé au président de la FAF leur défaite à Tizi Ouzou ainsi que leur élimination par l’ES Tunis en demi-finale de la Ligue des champions d’Afrique», indique le communiqué de la FAF, qui intervient 48 heures après les accusations faites par Hannachi lors d’une conférence de presse, vendredi dernier à Tizi Ouzou.

La FAF chargera également le président de la JSK, l’accusant d’avoir barré la route devant les investisseurs désirant participer dans le capital social du club kabyle : «Sans nul doute que les motivations qui ont entraîné cette fuite en avant sont à rechercher dans la panique qui a saisi le président de la JSK à la suite de la mise en place du professionnalisme en Algérie, dans lequel il ne pourra trouver sa place. D’autant que pour le bonheur de la JSK, ce grand club, qui mérite beaucoup mieux que le million de dinars de capital social et que M. Hannachi s’est approprié pour 500 000 DA, des investisseurs crédibles se sont faits connaître auprès de la FAF pour investir massivement dans le capital social de la JSK qui mérite largement un investissement, à la hauteur de son histoire et de son prestigieux palmarès», accuse la FAF à travers son communiqué. Et de poursuivre : «L’arrivée du professionnalisme marque la fin d’une époque où le sieur Hannachi, par l’intimidation et des pratiques d’un autre âge, œuvrait à la déstabilisation des assemblées générales de la FAF. Cette époque est à jamais révolue ! Depuis la refondation du football algérien, seuls les lois et règlements ont droit de cité dans la gestion du football national.»

La Fédération annonce, par ailleurs, sa décision d’intenter une action en justice contre Hannachi car elle ne saurait rester les bras croisés devant «des déclarations mensongères, diffamatoires et tapageuses».

C’est la deuxième action en justice menée, rappelle-t-on, par la Fédération contre le président kabyle qui a tenu, depuis plusieurs semaines, des propos diffamatoires à l’encontre Raouraoua. «Ces nouvelles déclarations feront l’objet d’un examen par les instances du football concernées qui appliqueront de manière stricte les règlements en vigueur en la matière», lit-on dans le communiqué de la FAF, qui laisse ainsi entendre que Hannachi risque la radiation à vie du mouvement sportif national. Une proposition aurait été déjà faite dans ce sens auprès le ministère de la Jeunesse et des Sports, a-t-on appris.

Source El Watan Hassan Moali

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires