Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 05:09

37,1 millions d’Algériens à fin 2011

Algerie-attentat.jpg

 

Les prévisions démographiques prévoient un nombre de 50 millions d’Algériens d’ici 2050
Le 31 décembre 2011, la population algérienne devrait augmenter de 800.000 âmes environ pour atteindre 37,1 millions d’habitants, prévoit l’Office national des statistiques (ONS). L’Algérie comptait 36,3 millions d’habitants au 31 décembre 2010, dont 50,6% de sexe masculin et 49,4% de sexe féminin, selon des données fournies hier, par l’ONS. Le bilan démographique issu de l’exploitation des bordereaux numériques de l’état civil fait ressortir, en 2010, l’enregistrement de 888.000 naissances vivantes, 157.000 décès et 345.000 mariages. Au premier juillet 2010, la population résidente totale était estimée à 36,0 millions d’habitants et l’accroissement naturel vient de franchir le seuil des 2%, soit +731.000 personnes en 2010 contre +690.000 en 2009. En quatre ans, la population algérienne a augmenté de près de 4 millions. En effet, l’Algérie comptait 33,8 millions d’habitants en janvier 2007 avec un taux de croissance annuel de 1,21%. Ce taux de croissance demeure en nette régression puisqu’il était de 7,4% durant les années 1970. Cette baisse sensible de la natalité s’explique en partie par le recul de l’âge du mariage et à l’amélioration du niveau d’instruction des filles. Environ 90% des Algériens vivent sur un peu plus de 10% du territoire, concentrés le long des côtes méditerranéennes. La densité de la population moyenne du pays est de 14 habitants/km². Cependant, ce chiffre reflète mal une répartition inégale, elle dépasse en effet les 100 habitants/km² pour les régions du Nord, principales régions peuplées de l’Algérie. Cependant, ce qui est surprenant dans ces chiffres c’est que finalement le nombre de garçons est plus élevé que celui des filles au sein de notre société. Pourtant, les filles sont majoritaires à l’Université, dans les secteurs de la santé et de l’éducation, dans les lycées.
Cela d’une part, de l’autre, la participation de la femme dans le domaine politique et sa représentativité au niveau des instances élues demeure très insignifiante. Par ailleurs, ces chiffres renseignent également sur les défis qui attendent les responsables politiques.
Selon plusieurs études urbanistiques, 60% de la population algérienne quitteront les zones rurales pour venir s’installer dans les villes. Le défi à réussir donc consiste à stabiliser les populations en leur offrant des conditions de vie meilleure en dehors des villes. Le ministre de l’Environnement, Chérif Rahmani, s’intéresse particulièrement à cet aspect du problème en préconisant carrément une délocalisation des usines et des unités industrielles. D’une pierre deux coups: d’abord éloigner ces usines polluantes des grands centres urbains, ensuite offrir aux citoyens des régions isolées de l’emploi pour les sédentariser.

Source L’Expression Nabil Belbey
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires