Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 08:13
Il a tenu hier le congrès constitutif de son parti devant 2000 participants
congres-constitutif-du-TAJ.jpg
TAJ disposerait d'une quarantaine de députés et d'une dizaine de sénateurs qui seraient venus des partis de l'Alliance de l'Algérie verte et du FNA.
Le congrès constitutif du Rassemblement espoir de l'Algérie (Tadjamou Amal Jazair, TAJ) se tient depuis avant-hier dans la coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf à Alger en présence de plus de 2000 participants. La cérémonie d'ouverture du congrès, marquée par quelques défaillances en matière d'organisation, s'est déroulée en présence de représentants de quelques partis politiques, d'ambassadeurs et de représentants de la société civile. Les premières places sont occupées par, entres autres invités, Chérif Rahmani, ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, Seddik Chihab, représentant du RND, et Hussein Abdelkhaliq, ambassadeur de la Palestine en Algérie. La cérémonie d'ouverture du congrès constitutif du parti d'Amar Ghoul, s'est déroulée, en outre, en l'absence de représentants du FLN, des partis islamistes et des partis de l'opposition, ce qui n'a pas manqué de donner lieu à des interrogations.
Prévue à 16h30, l'ouverture des travaux n'a été donnée que vers 18h 30. Ce retard a permis à Mohamed Djemaâ, ex-transfuge du MSP et président de la commission préparatoire du congrès, d'échanger quelques mots avec les journalistes. Première révélation: le parti disposerait d'une quarantaine de députés et d'une dizaine de sénateurs qui seraient venus des partis de l'Alliance de l'Algérie verte (AAV) et du FNA notamment. Avec ce nombre de députés, le TAJ devient la troisième force représentée à l'APN, après le FLN et le RND.
Si la loi ne permet pas à ce nouveau parti de constituer un groupe parlementaire (les groupes étant constitués au début de la législature), Mohamed Djemaâ expliquera que le TAJ créera plutôt un «groupe politique» au sein de l'APN. Après quelques versets coraniques et l'hymne national, le président provisoire du parti, Amar Ghoul, rejoint l'estrade. Il commencera son allocution d'ouverture pour rappeler les cinq objectifs principaux de sa formation: la construction d'une Algérie «sécurisée», «stable», «développée», «forte» et «pionnière». L'orateur n'a pas tardé à cadrer la politique générale de sa formation: un parti qui soutient le programme du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika et le projet de la réconciliation nationale.
Le TAJ travaillera aussi, selon M.Ghoul, pour être présent au sein de toutes les institutions du pays et de ses instances, qu'elles soient exécutives ou électives.
Une déclaration qui équivaut à l'annonce de la participation attendue du parti aux élections locales du 29 novembre prochain.
Pour atteindre ses objectifs, Amar Ghoul, a indiqué que le TAJ «travaillera avec tous les partis et classes politiques dans le cadre de la concertation, de la coopération et de la solidarité en vue de préserver l'unité, la stabilité et la force de l'Algérie». Il a précisé à ce propos que son parti «veillera à combler le fossé existant entre les citoyens et l'administration et à faire prévaloir l'intérêt général et l'intérêt national». Pour ce faire, il compte faire des jeunes la colonne vertébrale de sa formation estimant que ces derniers constituent la véritable richesse de l'Algérie. L'orateur a, par ailleurs, présenté les points retenus par le projet de programme du parti. Il s'agit d'abord de «construire le bon citoyen, positif, ouvert et qui place l'intérêt de la nation au-dessus de toute considération». Le projet prévoit également «l'édification d'une société cohérente où la différence est source de richesses et non de faiblesse», le «parachèvement de l'édification de l'Etat de droit, des libertés démocratiques et de la bonne gouvernance». Le parti oeuvre dans le cadre de son projet de programme à «la construction d'une économie nationale forte et concurrentielle, créatrice d'emplois et de richesses. Une économie qui garantit la justice et la stabilité sociales, la sécurité alimentaire, énergétique et environnementale». De même que le projet prévoit également l'aménagement et le développement équitable du territoire entre toutes les régions du pays, la prise en charge des préoccupations pressantes et prioritaires comme l'emploi, le logement, la santé, la justice, le service public et le cadre de vie. Parmi les autres axes contenus dans le projet «la réhabilitation des valeurs sur la base des fondements de l'identité nationale et de l'Islam».
A souligner enfin que les travaux du congrès se sont poursuivis hier et se clôturent aujourd'hui avec l'élection de la direction du parti y compris le président, le conseil national qui sera composé de 350 membres et le bureau politique qui comptera 20 membres. Il sera également question de l'adoption des statuts et de la définition de la politique générale du parti.
Source L’Expression Karim Aimeur
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires