Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 15:36

Actualisés en temps réel

bombardement site gazier In Amenas

 

17h15 :Le président Barack Obama est « régulièrement mis au courant par son équipe de sécurité nationale »
des développements en Algérie, indique la Maison Blanche.

17h00. Déclaration d’un haut responsable américain.
« La situation est en cours et sensible, et notre plus grande priorité est la sécurité des otages », a indiqué un haut responsable américain sous couvert de l’anonymat, cité par l’AFP. De son côté, la Maison Blanche a précisé que le président Barack Obama était « régulièrement mis au courant par son équipe de sécurité nationale » des développements en Algérie.

16 h 50 : Un second assaut, les assaillants dans la salle des machines.
La correspondante de RFI indique, citant les autorités algériennes, qu’un nouvel assaut serait en cours alors que « 7 à 10 assaillants » seraient retranchés dans la salle des machines, avec armes et explosifs menaçant de « tout faire sauter ». Elle précise que par précaution, le gaz a été coupé dans la plateforme.

16h30 : Paris s’inquièterait du sort d’un ressortissant français qui travaillait à la sécurité du site algérien proche d’In Amenas.
D’après la chaîne BFMtv, la France est actuellement sans nouvelles de cet homme d’une cinquantaine d’années, originaire du Pays basque.

16 h 15 : Près de 100 otages étrangers libres.
Les autorités algériennes ont publié un nouveau bilan de la prise d’otages, cité par l’agence américaine AP. Près de 100 des 132 étrangers retenus auraient été libérés. On évoquait, deux heures plus tôt, « la moitié » des étrangers libérés

16 h 05 : Un terroriste capturé.
Un des membres du commando aurait été capturé par les forces spéciales algériennes, selon El Watan qui évoque un « interrogatoire poussé » lors duquel l’homme, dont la nationalité n’a pas été indiquée, aurait indiqué qu’il y avait 32 assaillants.

16h00 :Le ministre algérien des Affaires etrangères Mourad Medelci
a reçu à Alger les ambassadeurs des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, du Japon, de l’Autriche, de la Norvège, du Canada et de l’Union Européenne. Cette rencontre a permis de faire le point sur la situation des différents ressortissants retenus en otages près d’In Amenas

15h40 - GIS ont réussi à capturer un terroriste lors de l’assaut
Des éléments du Groupement d’intervention spéciale (GIS) ont réussi à capturer un terroriste lors de l’assaut, a appris El Watan de sources sécuritaires.

Lors d’un interrogatoire poussé, le ravisseur a indiqué que son groupe est composé de 32 individus. Il a confirmé qu’ils appartiennent au groupe « Signataires par le sang », affilié à Katibat El Moulathamine (Enturbannés) de Mokhtar Belmokhtar.

15h35 : La Norvège, sans nouvelles de ses huit ressortissants otages
La Norvège, sans nouvelles de ses huit ressortissants otages a indiqué qu’elle se tenait prête à envoyer deux avions médicalisés près du site gazier d’In Amenas, mais attendait une autorisation des autorités algériennes.

15h22 - Plusieurs témoignages de rescapés..
Plusieurs témoignages de rescapés de la prise d’otage attestent que le commando djihadiste cherchait en priorité les salariés étrangers de la base pétrolière. »Ils sont entrés dans les chambres, ils ont cassé les portes tout en criant: ‘on ne cherche que les expatriés, les Algériens vous pouvez partir!’ », témoigne un ingénieur algérien sur France Info.

15h15 - Les ravisseurs proposeraient d’échanger leurs otages contre des détenus
Les ravisseurs proposeraient d’échanger leurs otages contre des détenus aux USA, d’après l’agence APS.

14h10 -Les forces de sécurité algériennes ont de nouveau lancé un assaut
Les forces de sécurité algériennes ont de nouveau lancé un assaut sur le site industriel, rapporte notre correspondant en Algérie Anis Allik (sources sécuritaires). De fortes déflagrations sont entendues dans le complexe gazier.

15 h 05 – Youcef Yousfi rend visite aux otages blessés.
Le ministre de l’Énergie a indiqué ce vendredi à Alger que les cadres de Sonatrach ont mis le site gazier de Tiguentourine sous dépression, de façon à préserver la vie des personnes et des installations, rapporte l’agence APS.

14h55 :L’armée algérienne est parvenue, vers 12 H 00, à libérer certains otages de l’usine de traitement de gaz
qui ont été détenus par le reste des ravisseurs, indique le site Algérie-Focus. Un ex-otage algérien a affirmé à ce site que tous les otages algériens qui étaient en détention au niveau de l’usine de traitement de gaz d’In Amenas ont été libérés. Nous sommes tous libres. Je fais partie du dernier groupe d’otages algériens qui ont été libérés par l’armée. Nous sommes sortis vers 12 H. Mais nous n’avons vu aucun otage étranger et nous ne savons toujours ce qu’il est advenu de ces otages occidentauxun ex-otage algérien

14h40: Plus de la moitié des 132 otages étrangers libérés
Selon l’agence algérienne de presse (APS), plus de la moitié des 132 otages étrangers recensés sur le site avaient été libérés ce vendredi. Les forces de sécurité font état d’un total de 650 otages libérés, dont 573 Algériens. L’armée algérienne poursuit son opération visant à déloger un groupe retranché dans le complexe gazier, d’après l’APS. L’agence ajoute, sur la foi d’une source sécuritaire algérienne, que l’assaut lancé jeudi par les forces spéciales a permis de sauver des centaines d’otages et d’éviter une catastrophe pour les installations d’hydrocarbures.

14h35–Info TSA. L’opération est entièrement gérée par l’armée
qui a bouclé la zone des opérations, affirme un notable local. « Dahou Ould Kablia dit n’importe quoi. Il n’est u courant de rien. C’est l’armée qui gère et elle communique très peu d’information au ministère de l’intérieur », affirme-t-il. Dahou Ould Kablia avait affirmé que le groupe était composé d’éléments de la région d’In Aménas avant de se contredire hier en déclarant que les terroristes étaient venus de Libye

14h15. Les forces spéciales tentent encore de parvenir
à un « dénouement pacifique » avant de neutraliser le groupe terroriste qui s’est retranché dans la raffinerie et libérer un groupe d’otages encore détenu, selon une source sécuritaire cité par l’APS. D’autre part, l’installation gazière a été mise hors service pour éviter les risques d’explosion

14h10. Bilan officiel provisoire
près de 650 otages, dont 573 Algériens et « plus de la moitié des 132 otages étrangers » ont été libérés, pendant que l’opération de délogement dÆun groupe retranché dans l’installation gazière se poursuivait, selon un bilan provisoire établi vendredi en fin de matinée, cité par l’agence APS

14h05 : »Les autorites algériennes ont estimé qu’elles n’avaient pas d’autre choix que de donner l’assaut «
a déclaré lors d’un point-presse le porte-parole du ministère Philippe Lalliot pour qui cette prise d’otages confirme que « la présence de groupes terroristes » au Sahel est un « enjeu pour la communauté internationale tout entière ».

14h00 : Des blessés parmi les ex-otages ont été acheminés vers des hôpitaux d’Alger.
Le correspondant de L’Express Anis Allik a constaté que certains d’entre eux, de différentes nationalités, ont été évacuées vers la clinique privée d’El Azhar située à Dely Brahim sur les hauteurs d’Alger. Cet établissement parmi les plus réputés dans la capitale algérienne a été placé hier sous la surveillance de la gendarmerie. Le ministre de l’énergie et des mines, Youcef Yousfi, s’est déplacé sur les lieux. L’accès a été interdit à la presse.

13h55 :Les preneurs d’otages d’In Amenas n’ont pas l’intention d’en rester là
et promettent d’autres actions, rapporte encore l’agence de presse mauritanienne, l’ANI, citant un porte-parole du groupe avec lequel elle est en contact régulier. La brigade des Moulathamine (« Ceux qui signent de leur sang »), le nom que s’est donné ce groupe issu d’Aqmi, appelle la population algérienne à se tenir « à l’écart des lieux d’implantation des compagnies étrangères » car, promet-elle, « nous surgirons où personne ne s’y attendrait ».

13h52 :Selon une source citée par l’Ani, l’agence de presse mauritanienne
les preneurs d’otages seraient bien originaires d’Algérie, du Canada, du Mali, d’Egypte, du Niger et de Mauritanie

13 h 15 – Pétrole : l’Algérie inquiète les marchés.
« La prise d’otages d’In Amenas qui produit surtout du gaz – 50 000 barils de condensat – n’aura aucune incidence sur les marchés. Mais la possibilité d’attaques sur d’autres sites inquiète les marchés », explique un expert interrogé par TSA.

13h00. La France, comme tous les autres, n’avait pas été prévenue
à l’avance de l’opération des forces de sécurité algériennes à In Amenas, selon une source gouvernementale française cité par le journal 20 Minutes. «Nous avons appris comme vous ce qui s’est passé», a déclaré cette source. «L’Algérie est un Etat souverain», a-t-elle ajouté

12 h 50 – Le ministre américain de la Défense menace les terroristes en Algérie.
« Les terroristes doivent savoir qu’ils ne trouveront ni sanctuaire, ni refuge en Algérie, en Afrique du Nord ou ailleurs. Ceux qui s’attaquent gratuitement à notre pays et à notre peuple n’auront nulle part où se cacher », a déclaré ce vendredi Leon Panetta, cité par l’agence Reuters. Il s’agit de la première réaction d’un membre du gouvernement américain à la prise d’otages d’In Amenas.

12h45 : Sellal confirme la poursuite de l’assaut des forces de sécurité
Le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal s’est entretenu au téléphone avec son homolgue français au sujet de la prise d’otages d’In Amenas.

Sellal a confirmé à Jean-Marc Ayrault que l’assaut contre les ravisseurs se poursuivait toujours au niveau du site de l’usine de gaz

12h40 : Le groupe islamiste armé qui a attaqué le site gazier d’In Amenas,
dans l’est de l’Algérie, a menacé de mener « plus d’opérations », selon un de ses porte-parole cité par l’agence mauritanienne en ligne Nouakchott Information (ANI). »Tout en tenant compte des souffrances du peuple algérien, nous promettons au régime en place plus d’opérations », a affirmé le porte-parole des « Signataires par le sang », groupe dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, auteur mercredi de l’attaque et de la prise d’otages.

12 h 35– INFO TSA: l’assaut des forces spéciales a été donné,
affirme une source locale bien informée. L’opération se poursuit toujours à l’heure actuelle.

12 h 30 – Premier bilan officiel : 18 terroristes tués.
Selon la radio publique Chaîne 3, qui cite une source officielle, 18 terroristes ont été abattus.

12 h 25 : Jean-Marc Ayrault confirme que l’opération se poursuit
Le premier ministre a confirmé, vendredi en milieu de journée que l’opération militaire était toujours en cours sur le site gazier. « Je viens à l’instant de m’entretenir avec le premier ministre algérien, qui m’a confirmé que l’opération se poursuivait », a déclaré Jean-Marc Ayrault lors de ses voeux à la presse. « A l’heure où je vous parle, le décès de plusieurs otages est à déplorer. Nous n’en connaissons pas le nombre ni la nationalité », a dit le premier ministre

12 h 20 : Evacuation de personnels.
Le groupe pétrolier britannique a annoncé que trois vols avaient quitté l’Algérie jeudi avec onze de ses employés ainsi que « plusieurs centaines » de salariés d’autres entreprises et qu’un quatrième vol est prévu vendredi. Ces personnes ont été évacuées du site d’In Amenas, ainsi que du reste de l’Algérie.

12 h 05 – Selon British Petroleum, trois vols ont évacué des centaines de personnes.
Un quatrième vol est prévu, selon BP. Le site d’In Amenas appartient au groupe pétrolier britannique. Il l’exploite avec Statoil et Sonatrach.

11h55. « Les otages étaient obligés de porter des ceintures explosives »
confirme le ministre irlandais des Affaires étrangères, Eamon Gilmore, cité par le Nouvel Observateur. Le ministre cite l’ex-otage irlandais du site. Ce dernier avait profité de la confusion lors de l’attaque algérienne pour s’échapper alors que les membres du commando islamiste tentaient de déplacer les otages tombés entre leurs mains.

11 h 40 – Le parquet de Paris annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire
sur la prise d’otages menée sur le site gazier d’In Amenas, rapportent plusieurs médias français.

11h35. Pétrole : L’Agence internationale de l’énergie (AIE)
s’inquiète pour l’Algérie. L’agence estime que la prise d’otages à In Aménas « fait peser un nuage noir sur les perspectives du secteur de l’énergie du pays », dans un rapide passage en revue de la production d’hydrocarbures du pays, rapporte le journal économique Challenges.

11h14 : »Il ne reste plus aucune chance aux négociations avec les preneurs d’otages. L’assaut sera donné par les forces spéciales »
affirme selon le site Internet algérien tsa-algerie.com Knaoui Sidi, un des notables de la région impliqué dans la tentative de négociation jeudi. »Nous faisons face à des assoiffés de sang qui sont prêts à mourir et à tuer le maximum de personnes » a ajouté ce dernier.

11h00 : Un groupe d’assaillants islamistes toujours retranchés.
Un groupe d’assaillants islamistes était encore retranché dans le complexe gazier du Sahara algérien, a-t-on appris de source sécuritaire algérienne. « Il y a encore un groupe terroriste retranché » dans le complexe d’In Aménas, a indiqué cette source à l’AFP, expliquant qu’il était « difficile de parler d’une opération en cours », comme l’avait fait précédemment le Foreign Office

10h45. INFO TSA. Il ne reste plus aucune chance aux négociations avec les preneurs d’otages.
« Il ne reste plus aucune chance aux négociations avec les preneurs d’otages. L’assaut sera donné par les forces spéciales », affirme ce vendredi Knaoui Sidi, un des notables de la région impliqué dans la tentative de négociation jeudi, à TSA.

10h35 – Selon Reuters, une Opération d’évacuation américaine à In Amenas
Un avion américain s’est posé vendredi sur l’aéroport d’In Amenas, dans l’est de l’Algérie, en vue de l’évacuation des ressortissants des Etats-Unis après la prise d’otages sur le site gazier voisin, a-t-on appris de source locale.

10h15 – Marine Le Pen, présidente du FN, a jugé vendredi que les dirigeants français avaient « une lourde responsabilité » dans l’armement d’islamistes au Sahel.
Sur France Info, l’ex-candidate à l’Elysée a assuré que la présence d’ »armes lourdes entre leurs mains est en grande partie à cause de la France ». »L’armée française est en train de réparer au Mali les conséquences des fautes politiques et géostratégiques majeures de nos dirigeants, tant sous le règne de Nicolas Sarkozy que de François Hollande. » : Marine Le Pen

10h00 Au moins onze djihadistes tués, dont un Français.
D’après la sécurité algérienne, onze djihadistes au moins, dont un ressortissant français, ont trouvé la mort lors de l’opération. Dans ce groupe figurent deux Algériens, dont le chef du commando djihadiste, Tahar ben Chened, décrit comme un éminent djihadiste au Sahara, de même que trois Egyptiens, deux Tunisiens, deux Libyens et un Malien.

9 h 45 : Les entreprises françaises implantées en Algérie n’envisagent pas de quitter le pays
assure Laurence Parisot. Interrogée sur France 2, la présidente du Medef a indiqué qu’il y avait plus de 500 entreprises françaises en Algérie, dont beaucoup dans les secteurs de l’énergie et des mines. Ces sociétés « ont su depuis toujours qu’elles avaient quelque chose de particulièrement sensible à gérer », a ajouté la présidente de la principale organisation patronale française. « Elles sont en train, nous le savons depuis 24 heures, de renforcer encore plus toutes leurs procédures pour sécuriser au maximum leur personnel et leur site », a-t-elle encore expliqué.

9 h 35 : Selon RTL, un avion venant d’Alger s’est posé à Londres jeudi soir,
avec à son bord une cinquantaine de personnes, dont deux Français, venant du site gazier.

9h30 : Le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls : « très peu de Français »
Le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls indique sur la radio RTL que « très peu de Français » se trouvaient sur le site gazier d’In Amenas, et que deux d’entre eux au moins en sont « revenus ».
La veille, durant la journée, jusqu’au soir, et ce vendredi matin, les diplomaties occidentales directement concernées par cette prise d’otages ont exprimé leur prudence (Etats-Unis), leur fort mécontentement (Royaume-Uni, Japon, Norvège), et tous ont au moins demandé des éclaircissements (France…)

9 h 25 – INFO TSA. L’assaut final des forces spéciales sur le site gazier
d’In Amenas sera donné dans les toutes prochaines heures, affirme à TSA une source locale bien informée. Selon la même source, peu de terroristes restent au niveau du site gazier. Certains ont pu se déplacer à la faveur de l’obscurité.

9h00 Des notables de la régions tentent de négocier à nouveau avec les terroristes
Des notables de la regions tentent de négocier à nouveau avec les terroristes retranchés à l’intérieur du complexe gazier

8h45 – L’opération est toujours en cours, selon Londres.
« L’incident terroriste en Algérie est toujours en cours », a indiqué vendredi matin le ministère britannique des Affaires étrangères. Le chef du gouvernement britannique David Cameron présidera une nouvelle réunion de crise avec des ministres et responsables de la sécurité vendredi à Londres, selon un communiqué du ministère.

8h30 : Tokyo convoque l’ambassadeur d’Algérie.
L’ambassadeur d’Algérie à Tokyo, Sid Ali Ketrandjé, devait être reçu par un vice-ministre, a indiqué un responsable du ministère des affaires étrangères nippon. Après l’assaut lancé la veillepar l’armée algérienne, le premier ministre japonais a appelé depuis Bangkok son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour protester et lui demander l’arrêt immédiat de cette action.

Source TSA

Le Pèlerin

15h16 - L’installation gazière du complexe d’In Amenas a été mise hors service
pour éviter les risques d’explosion, précise l’agence APS.

Partager cet article
Repost0

commentaires