Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 08:17

Recrutera-t-on au détriment de la compétence ?

APN

 

La loi organique portant élargissement de la représentativité de la femme au sein des assemblées élues par les deux chambres du parlement lors de la session d'automne sera appliquée vaille que vaille et " en dépit des lacunes qu'elle renferme ", selon nombre d'acteurs politiques. Rappelons que celle-ci prévoit, entre autres, un taux de 20 % dans les listes de candidatures aux législatives prévues le 10 mai prochain, ce qui fera que le prochain hémicycle contiendra un minimum de 134 femmes députées. C'est, à vrai-dire, un défi pour les partis politiques qui auront à participer au scrutin, puisqu' ils sont tenus d'appliquer cette loi d'autant que sa non-application annulera la liste qui ne comprend pas ledit taux de femmes au niveau de la circonscription électorale. Les partis politiques vont-ils recruter au hasard et au détriment de la rationalité politique et de la compétence ? Les uns pensent que c'est ce qui arrivera. C'est le cas du président du Front national algérien (FNA), M. Moussa Touati, qui a souligné que cette loi oblige les partis " à proposer la candidature de femmes n'ayant aucune relation avec les programmes et les idées des formations politiques ". Plus critique, M. Touati a ajouté dans ce sens que " le fait d'obliger les partis à appliquer cette loi, induira un recul du niveau politique au sein du prochain parlement, car les partis ne disposant pas de compétences féminines se retrouveront obligés de proposer des candidates ordinaires ". Mais sous la contrainte de cette loi, les partis politiques devront, dans ce cas, proposer des candidates, même si cela se fera au détriment de la compétence, afin d'éviter l'annulation des listes qui ne répondent pas au taux requis, a déploré M. Touati. Ce n'est, bien évidemment, pas la vision de tous les partis. D'autres ne voient pas en cette loi un réelle contrainte. Le porte-parole du Rassemblement national démocratique (RND, M. Miloud Chorfi a estimé, quant à lui, que sa formation politique compte un nombre suffisant de militantes à inscrire sur ses listes pour les prochaines législatives, ajoutant que le parti a déjà placé plusieurs femmes en tête de liste lors des précédentes échéances. Plus rassuré encore, M. Chorfi dira que " la compétence, le militantisme au sein des structures du parti et la popularité des candidates sont les critères retenus par les partis pour le choix de leurs représentantes ". Pour le parti El Fedjr El Jadid (PFJ), le taux de 20 % ne pose aucun problème, car "la promotion de l'action politique de la femme" compte parmi ses objectifs, a souligné le président du parti, M. Tahar Benbaibeche. Cependant, a-t-il ajouté, " ce taux imposé aux partis risque de leur poser des problèmes lors des élections locales ". Le chargé de la communication du parti du FLN, M. Aïssi Kassa a, pour sa part, souligné que le FLN " se conformera " à cette loi. Evoquant les critères retenus par son parti pour le choix des candidates, M. Kassa a indiqué que " la compétence demeure le principal critère en plus de la popularité de la candidate ", ajoutant que le comité central du parti a chargé le secrétaire général de réduire la durée de militantisme pour les femmes pour se présenter aux élections législatives à moins de 7 ans.

Source Les Débats Hamid Fekhart

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires