Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:45

Conséquences de la chute de la production, les recettes aurifères de l’Algérie en net recul

or algerien 

En nette régression, les recettes d’exportation aurifère de l’Algérie sont passées à 2,4 millions de dollars au premier semestre de l’année, contre 14,07 millions de dollars générés à la même période de 2009, avons-nous appris auprès du Centre national de l’informatique et des statistiques relevant des douanes.

Cette dégringolade s’explique principalement par la baisse de la production aurifère en Algérie due à la crise financière de la société Gold Mining Algeria (GMA), la filiale du groupe australien GMA, qui exploite la mine d’or d’Amesmessa, à Tamanrasset, en partenariat avec Sonatrach.

Durant le premier trimestre de l’année 2010, la production aurifère a baissé à 5 731 onces, contre 9 829 onces produites à la même période de 2009. Pour augmenter la production, la GMA a affirmé que l’entreprise est conditionnée par la mobilisation de moyens financiers supplémentaires nécessaires à augmenter la production aurifère, d’autant que les niveaux actuels de production d’or n’ont pas été suffisants pour couvrir les coûts d’exploitation.
Pour combler ce déficit financier et garantir un fonds de roulement pour l’entreprise, les Australiens veulent associer des investisseurs potentiels leur permettant de lever des fonds.

En 2009, les revenus de l’Algérie générés par l’exportation de l’or ont atteint 26,54 millions de dollars, contre 15,76 millions en 2008. Ces recettes proviennent exclusivement de la Suisse qui reste notre seul client étranger en or, y compris l’or platiné. Le reste de ce métal précieux est acheté par l’Agence nationale des métaux précieux (Agenor) qui se charge de son affinage et de sa commercialisation pour les bijoutiers et artisans nationaux. Quant à la production aurifère réalisée par l’Enor durant l’exercice 2009, elle a augmenté à 1,16 tonne, contre 600 kilos pour toute l’année 2008.

En termes de réserves en or, l’Algérie est classée à la 22e place par le Conseil mondial de l’or, avec un volume de stock estimé à 173,6 tonnes. Le dernier rapport de cet organisme basé à Londres indique également que les réserves officielles en or de l’Algérie représentent 4,3 % de l’ensemble de ses réserves internationales.

Les réserves internationales d’un pays sont, généralement, l’ensemble des disponibilités composant le portefeuille des actifs que sa Banque centrale détient (devises, or, droits de tirages spéciaux ou DTS et positions de réserves au FMI).

Les stocks officiels en or possèdent deux fonctions : c’est à la fois un instrument d’échange et une réserve de valeur, souligne-t-on.

Les réserves officielles en or détenues à travers le monde se sont établies à près de 26 700 tonnes à la fin de 2008 et les cinq premiers détenteurs sont les Etats-Unis (8 133,5 tonnes), l’Allemagne (3 406,8 tonnes), le Fonds monétaire international (2966,8 tonnes), l’Italie (2 451,8 tonnes) et la France (2435,4 tonnes), selon le même rapport.

A l’échelle africaine, l’Algérie occupe le premier rang devançant la Libye et l’Afrique du Sud, classées respectivement aux 24e et 27e places mondiales. Dans la région arabe, le pays est classé troisième après l’Arabie saoudite (16e rang avec 322,9 tonnes d’or) et le Liban (18e avec 281,6 tonnes).

Source Le Jeune indépendant Z.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires