Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 12:33

Bouteflika abroge le décret du 13 décembre

algerie protesta

 

La digue a fini par céder ! Le Conseil des ministres qui s’est réuni mardi 22 février a décidé d'abroger le décret présidentiel du 13 décembre 2010. Il vient ainsi avaliser l’une des recommandations de la Conférence nationale des chefs d'établissements universitaires.

Le conseil des ministres, présidé par le président Boutefliak, a également entériné le reste des recommandations formulées par les chefs d'établissements universitaires.

Il s’agit de la confirmation de la validité du diplôme d'ingénieur d'Etat délivré par les établissements d'enseignement supérieur, le maintien des formations de magister pour les diplômés de l'ancien système de formation universitaire jusqu'à son extinction normale et l'élaboration des textes devant régir les correspondances entre l'ancien système et le système "LMD", tel que prévu par la loi d'orientation de février 2008.

Le président a donné consigne au gouvernement d'apporter « tout son soutien » au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour « l'élaboration rapide des textes relatifs aux correspondances entre l'ancien système d'enseignement universitaire et le nouveau système "LMD’ ».

L’abrogation du décret présidentiel devrait signe la fin du bras de fer engagé entre les étudiants des grandes écoles et d'universités et leur ministère de tutelle.

Depuis la publication du décret en question, les grèves et les rassemblements se succédaient pendant plus de deux semaines.

Les étudiants qui tenaient depuis le 17 février un sit-in quotidien devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur à Alger, ont été bastonnés à deux reprises par les forces de l’ordre.

La direction générale de la sureté nationale a promis d’ouvrir une enquête sur  les dépassements de ses éléments.

Les étudiants contestataires exigeaient du ministère l'abrogation pure et simple du décret présidentiel N°10-135 du 13 décembre 2010 relatif à la classification de leur diplôme.

Ce texte, qui alimente la contestation depuis des semaines sur les campus, assimile les étudiants qui ont suivi leur cursus dans le système classique, soit cinq années d'études pour obtenir le diplôme d'ingénieur d'Etat, à ceux qui obtiennent un master au bout de quatre années dans le cadre du nouveau système LMD

Source DNA Sabrina Boubekeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires