Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 07:06

Vers une augmentation du SNMG ?

Sidi Said

Actuellement à 15 000 DA, le salaire minimum garanti pourrait être revu à la hausse si un accord est conclu entre le gouvernement et les partenaires sociaux.
C’est ce qu’a laissé entendre le ministre du Travail et de la Sécurité sociale. La question sera en tout cas sur la table de la tripartite, prévue avant la fin de l’année.

C’est ce qu’a indiqué, hier, le ministre du Travail en marge d’une cérémonie de remise des clefs de «véhicules ateliers» aux jeunes au niveau du siège de l’antenne Ansej de la wilaya de Tipasa. Sans donner plus de détails sur le sujet, Tayeb Louh a ajouté que cette tripartite prévoit l’annonce des résultats des travaux sur les dossiers débattus lors de la précédente tripartite.
«Les dossiers qui seront abordés lors de la prochaine tripartite n’ont pas encore été arrêtés par nos partenaires sociaux», a-t-il souligné, informant la presse de la signature par le Premier ministre du statut particulier des inspecteurs du travail. Au sujet de sa visite à Tipasa, le ministre a procédé à la remise symbolique de clefs de «véhicules ateliers» à 11 jeunes. Ces derniers font partie d’un total de 80 concernés par l’opération à l’échelle nationale : soit 5 jeunes d’Alger, 1 de Sétif, 3 de Tipasa et 2 de Naâma. Ce sont de jeunes promoteurs diplômés des Centres de formation professionnelle, qui ont créé leurs microentreprises dans le cadre de la nouvelle formule d’aide à la création d’activités «véhicules ateliers», qui vise l’orientation du jeune diplômé, la création de microentreprises dans les métiers viables et économiques utiles, sans pour autant dépendre d’un local fixe. «Nous voulons arriver à inculquer cette culture d’ateliers mobiles aux jeunes et à notre société», souhaite le ministre. A signaler que ces véhicules entrent dans le cadre des dispositifs de l’Ansej et de la Cnac.
Ils sont équipés de matériel de travail dans la plomberie et l’électricité bâtiment. Après avoir inauguré le nouveau siège de l’Agence locale de l’emploi de Bou-Ismaïl, le ministre a souligné que cette formule est à même de répondre à la demande du marché.
Pour rappel, ces nouvelles mesures ont été décidées par les pouvoirs publics lors du Conseil des ministres au mois de février dernier pour dynamiser les dispositifs de création d’activités (Ansej-Cnac).
La mise en œuvre de ces mesures, selon le communiqué de la direction générale de l’Ansej a permis la validation et le financement de 126 315 projets, tous secteurs confondus, au niveau national, dont 1 432 qui entrent dans les nouvelles formules. Parmi ces derniers,
1 059 prêts-location ont été accordés aux jeunes, l’ouverture de 42 cabinets groupés et 331 véhicules ateliers remis aux diplômés des Cfpa.
«D’autres activités validées par les comités locaux de sélection, de validation et de financement des projets d’investissement selon la formule ‘’véhicules ateliers’’ seront concrétisées et lancées dans des métiers utiles et répondant au besoin du marché», cite le communiqué du ministère.

Ayant eu vent de la visite de Tayeb Louh, de nombreux jeunes se sont massés devant l’entrée du siège de l’antenne de l’Ansej de Tipasa, pour l’attendre. Ils revendiquent le déblocage de leurs dossiers dont certains ont été déposés depuis plus de 3 ans. Ils ont demandé au wali d’intervenir rapidement pour les aider à monter leurs microentreprises qui tardent à être lancées. Ils voulaient parler au ministre, en vain. Il était déjà reparti.

Source Infosoir S.L.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires