Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 06:08

Le PDG de Naftal rejette les accusations de Ghoul

  projet-de-station-service-copie-3.jpg

 

Alors que les travaux sur le tronçon de l’autoroute reliant Constantine à El Tarf sont à l’arrêt depuis plus d’un mois, la réalisation des 42 stations de distribution multiservices, dont 14 confiées à Naftal, se révèle sérieusement compromise. C’est ce qui ressort des propos du ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, accusant Naftal du retard dans la réalisation des stations, qui, elle, lui rejette la balle, en affirmant qu’elle ne peut lancer les travaux avant que les terrains ne soient terrassés et viabilisés par l’Algérienne de gestion des autoroutes (AGA), tel que prévu dans le cahier des charges.

En effet, jeudi dernier, Amar Ghoul avait, lors d’une visite d’inspection de l’échangeur de Meftah à Blida, affirmé qu’une réunion de coordination entre son département et celui de l’Energie a été consacrée à l’état d’avancement des travaux au niveau des stations multiservices confiées à Naftal au cours de laquelle, il « a été demandé » à celle-ci (Naftal) « d’accélérer les travaux de réalisation ». Une manière d’expliquer le retard dans le lancement de ces infrastructures plus que nécessaires pour les automobilistes qui empruntent les tronçons déjà réceptionnés de l’autoroute Est-Ouest. Or, le PDG de Naftal, Saïd Akretche, réfute « catégoriquement » ces accusations en renvoyant la balle à l’AGA, donc le département de Amar Ghoul.

Selon lui, les quatorze assiettes foncières, objet de concessions au profit de Naftal, pour accueillir ces structures ne sont ni terrassées, ni viabilisées, comme prévu dans le cahier des charges. « Aucun de ces terrains n’est prêt à recevoir les stations. Certains sont traversés par des lignes électriques de haute tension, d’autres n’ont pas encore fait l’objet d’expropriation, sans compter ceux où il n’y a ni électricité, ni eau et qui sont carrément accidentés », note M. Akretche. Devant une telle situation, dit-il, « aucune réalisation ne peut être engagée. Que l’AGA nous donne un seul terrain prêt et nous lançons tout de suite les travaux… », déclare le responsable. Il explique que c’est en juin 2009, que « la décision de nous octroyer 30% des stations-services, c’est-à-dire 12 sur 42, a été prise et dont la réalisation était considérée comme immédiate.

Le cahier des charges oblige l’AGA à livrer les terrains qui sont déjà identifiés, localisés et totalement viabilisés. Un mois plus tard, nous avons lancé l’étude de réalisation. Nous avons mis la pression sur nos fournisseurs, comme AM d’El Eulma, pour l’acquisition de volucompteurs et systèmes de gestion automatisés ou comme CR Métal, pour l’achat de cuves de carburant, mais aussi sur nos partenaires, comme le Centre national des technologies et consulting (CMTC) pour les études d’impact sur l’environnement. Nous avons également lancé le recrutement des agents par le biais des agences d’emploi locales, etc. Naftal est en fait prête à réaliser les stations dès demain, mais lors des visites que nous avons opérées sur les 14 sites, nous avons constaté que ces derniers ne sont ni viabilisés, ni terrassés, ni bornés et certains sont traversés par des lignes de haute et moyenne tensions. Mais de l’autre côté, les travaux peinent à démarrer. Ce qui nous a poussés à proposer à l’AGA, une des filliales de Sonatrach, d’activer le lancement des travaux. En vain ».

Pour le PDG, « la réalisation d’une station multiservices exige une moyenne de six mois ». Ce qui revient à dire que même si l’AGA honore ses engagements en mettant immédiatement à disposition de Naftal des terrains prêts à recevoir ces infrastructures, il faudrait attendre six mois pour les mettre en service. Une situation qui a poussé les autorités à recourir provisoirement aux stations mobiles de distribution de carburant. « Ce sont des stations que nous utilisons en général en cas de situation d’urgence. Nous avons prévu, dans un premier temps, la mise en place de quatre stations installées sur les tronçons où les distributeurs sont assez loin. Mais là aussi, il faut un terrain adéquat, c’est-à-dire viabilisé, avec de l’eau et de l’électricité. Ce qui oblige l’AGA à faire l’effort d’engager les travaux sur les sites retenus. »

En tout état de cause, il est certain aujourd’hui que les stations multiservices ne verront pas le jour de sitôt sur les tronçons de l’autoroute Est-Ouest déjà réalisés, en dépit de l’optimisme du ministre des Travaux publics. Lequel ministre aura du mal à expliquer (demain lors de son audition par le Président), la paralysie totale des travaux de réalisation des tronçons de l’autoroute reliant Constantine à El Tarf, depuis plus d’un mois. En effet, le chantier pris en charge par une entreprise japonaise est à l’arrêt pour des factures impayées, nous dit-on, ce qui va certainement engendrer des surcoûts et surtout des retards considérables dans la livraison.

Source El Watan Salima Tlemçani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires