Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 05:38

Errissala, Assise

sacrifice-du-fils-arr-t-.jpg

 

Une étrange affaire rapportée par des journaux : des imams ont refusé de se lever lors de la diffusion de l'hymne national, avant-hier, dans «la maison de l'Imam», sous le nez de leur ministre. Selon tous, ils seront sanctionnés, relevés, diffusés et éparpillés dans la nature. On peut s'arrêter donc là, ou creuser dans l'air pour comprendre cette étrange affaire qui mêle polythéisme, nationalisme, hiérarchie, ex-Fis et indiscipline professionnelle. Pendant que tout le pays fête le retour au nationalisme par le retour au drapeau même après le retour perdu de l'équipe nationale, des Algériens, imams de leur état, décide de faire le chemin inverse en allant du drapeau vers le califat. La raison ? Un crime d'Etat commis par le Pouvoir d'abord : chez nous, même après la mort verticale du Fis, le Pouvoir a décidé de tuer les démocrates plutôt que les islamistes qui ont failli le tuer. La raison ? Il préfère les Algériens croyants plutôt que les citoyens. Pour tout ce qui concerne les croyances fondamentales de ce pays, on est dans le mi-chemin mou : on n'est pas une démocratie mais pas une dictature, on n'est pas une république mais on n'est pas une monarchie, on n'est pas un califat mais on n'est pas une république laïque. On est. Et, selon les idéologues du Pouvoir, l'être vaut mieux que le néant. D'où, à la fin, une indécision de fond : faut-il se lever devant un hymne ou se prosterner devant Allah ? La question est fausse car la croyance en une transcendance n'implique pas une révolte contre le nationalisme, la terre, le corps ou le désir. Sauf quand on est malade, frustré ou laid de l'intérieur. Mais si des imams ont cru bon de prouver à Dieu qu'ils le préfèrent à un hymne, c'est parce que dans leurs têtes et dans la tête de millions d'Algériens et même «d'arabes», la notion d'Etat, de pays, de territoire ou de nationalisme sont des notions faibles, affaiblies et presque dissoutes. Même le Pouvoir ne croit pas en eux. Ce qui reste et persiste parce que non dissolus par l'histoire des décolonisations, c'est le califat, la Oumma, la démocratie élitiste de «la Khassa» (Elite) supérieure à la «Âmma», (la plèbe). Et cette confusion des concepts est encore plus accentuée en Algérie où l'absence d'une élite religieuse efficace et «éclairée» a conduit à nous fournir ce genre d'imams en révolte assise contre un chant, et à nous assurer un islamisme en arme mené par des tôliers.

Et tant que le Pouvoir n'a pas encore tranché dans ses idéologies de fondations, on produira encore et encore ces mêmes bugs d'une fausse alliance entre la dictature molle du Pouvoir et l'islamisme dur mais rusé de l'attente stratégique du renard barbu. Le Pouvoir continuera donc à diffuser le Adhan à l'ENTV mais la Mosquée refusera de diffuser l'hymne ou de se lever pour lui, entre ses prières. La scène de ces imams en révolte assise, a rappelé à tous les premiers jours du Fis. A raison : rien n'a été tranché ou soldé depuis ces jours néfastes. Rien. Dans ce pays, on peut encore trouver des imams qui refusent de construire le plus grand pays d'Afrique, cela n'empêchera pas Bouteflika de leur faire les yeux doux en lançant le chantier de la plus grande mosquée du continent. A la fin, certains se sentent en droit de ne pas se lever pour l'hymne du pays qui les paye avant la mort, quand il voit un Président venir à pied dans les zaouïas ou les mosquées solliciter la dissolution d'une étrange culpabilité. Conclusion ? On n'a pas fini avec l'islamisme ostentatoire. On lapide déjà les «mangeurs du ramadan» même quand ils sont Chinois, on refuse de saluer un drapeau ou un hymne et on attend sa paye à la fin du mois et la mort heureuse à la fin de rien du tout. Un hymne national est-il une idole koreichite ? Un chant collectif ? Une constante nationale ? La signature vocale d'une nation ou un arbre mort ? C'est une idole sonore, ont répondu ces imams coupables présumés. C'est dire où nous en sommes et vers où nous allons encore.

Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires