Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 06:19

 Guelma - «Hammam Debagh» ou la joie des curistes

Les-Thermes-d-Hammam-Debagh.jpg

 

Loisirs - La région de Hammam Debagh semble, à l'occasion des vacances scolaires de printemps, attirer comme un aimant les familles en quête de détente et de moments d'évasion pour leur progéniture.

Un afflux qui fait la joie des visiteurs, plongés dans une ambiance «bouillonnante» qui ne parait pas leur déplaire, mais aussi de nombreux jeunes (et moins jeunes) débrouillards qui s’y connaissent pour fructifier ce tourisme populaire.

Durant deux semaines, l'affluence vers les thermes réputés pour la valeur thérapeutique de leurs eaux chaudes jaillissant des profondeurs atteint son paroxysme avec la venue de curistes des quatre coins du pays dont les véhicules génèrent d'interminables embouteillages dans presque toutes les ruelles et les places de cette petite localité montagneuse.

Des difficultés de circulation «gérées» toutefois dans la bonne humeur par les visiteurs parmi lesquels Hocine B, un tébessi qui s’est déplacé en famille et qui relève que tout ce tohu-bohu «ne laisse aucun doute sur l'importance de la place du tourisme pour l'économie locale».

La commune de Debagh accueille hebdomadairement une moyenne de 150.000 visiteurs avec des pics exceptionnels durant les vacances scolaires de printemps où le seuil des 30.000 visiteurs par jour est allégrement dépassé, affirme le président de l'Assemblée populaire communale (APC), M. Nouredine Merabti.

Ahmed L., originaire de M'sila, accompagné de sa femme et de ses quatre enfants assure avoir «avalé» tous ces kilomètres pour suivre une petite cure avec l’espoir de voir ses problèmes rhumatismaux s’estomper. «J'ai beaucoup entendu parler du pouvoir curatif des eaux de cette station et j'espère qu'elles me seront bénéfiques», lance-t-il à l'entrée d'un des bungalows dotés de bassins de la station de Hammam Debagh. Des autocars de toutes les wilayas, proches et lointaines, déversent des centaines de visiteurs pendant ces vacances. D'aucuns veulent soigner une arthrite, un problème cutané ou encore des difficultés respiratoires. Certains autres désirent prendre simplement un bain d’eau chaude relaxante, tandis que d'autres encore affirment vouloir uniquement jouir des paysages naturels des montagnes et des mythiques cascades du site. Non loin des thermes, les distractions offertes aux enfants sur le site d’El Araïss sont prises d'assaut par les bambins qui investissent bruyamment les lieux leur conférant, par leur innocence et leurs joyeux piaillements, une ambiance de kermesse. Ahmed S, chef de famille venu de la ville voisine de Guelma, soutient en levant les bras au ciel en signe «d’impuissance», que ses enfants ne se lassent jamais de jouer au point de ne lui lais-ser «même pas le temps d'un bain, fût-il expéditif».

Le visiteur de la localité rencontre aussi à chaque détour des nuées de jeunes gens, les uns proposant des souvenirs et des bibelots, d’autres des photos-minute souvenirs devant une des curiosités de Hammam Debagh dont les plus prisées restent incontestablement les cascades.

Source Infosoir R.L/APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires