Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 11:19
Forcing du patronat et conclave de l’UGTA
le siège de l UGTA
La question de la règle 51/49 pourrait constituer le point d’achoppement entre les différents partenaires de la quinzième tripartite attendue pour octobre prochain. C’est ce même point qui serait à l’origine du report, de quelques jours, de cette réunion à la demande, notamment, du ministre de l’Industrie.
Connu pour ses options libérales, Amara Benyounès a multiplié depuis quelques jours les contacts avec le premier responsable de l’UGTA, pour assurer de sa volonté «de mener conjointement avec tous les partenaires économiques et sociaux la véritable relance économique».
En effet, la règle 51/49 serait, selon des sources sûres, à l’origine d’un probable report de quelques jours de la tripartite. Celle-ci, prévue pour fin septembre, pourrait se tenir lors de la première quinzaine du mois prochain. Depuis sa nomination à la tête du ministère de l’Industrie et de la Promotion des investissements, des rumeurs ayant circulé dans le milieu des affaires algérois font état d’un rapprochement qui ne dit pas son nom entre le successeur de Chérif Rahmani à la tête de l’industrie et de certaines organisations patronales, dont le Forum des chefs d’entreprises (FCE).
D’ailleurs, lors de sa dernière entrevue avec Amara Benyounès, Rédha Hamiani n’a pas manqué de faire état de certaines questions qui seront évoquées lors de cette rencontre.
Le président du FCE a notamment parlé de «l’urgence de la révision des statuts de l’Agence nationale du développement de l’investissement (ANDI)» ou encore «le droit du patronat d‘accéder au foncier industriel». Cependant, l’ancien ministre de la PME-PMI dans le gouvernement de Bélaïd Abdesselam a évité d’évoquer la question de la règle 51/49, mais à en croire des sources sûres, la question a été évoquée au préalable entre les deux parties.
Pour rappel, le président du Mouvement populaire algérien (MPA) avait déclaré, lors des rencontres du Forum des chefs d’entreprises avec les partis politiques en perspective des législatives de mai dernier, «qu’il est grand temps de libérer l’acte économique de l’hégémonie du secteur public».
Mieux encore, il se dit disposé à faire preuve de largesse d'esprit quant à l’acte d’investir. «Je ne me pose aucune limite, mais cela doit se faire progressivement», a-t-il répondu à une question relative à la privatisation du secteur énergétique.
Abordant la règle 51/49 régissant l’investissement étranger, l’ancien ministre de l’Environnement avait indiqué que sa «formation politique ne voit nul inconvénient à donner la possibilité aux entreprises étrangères désirant investir dans des secteurs générateurs de richesses et d’emplois de détenir 100% du capital social des entreprises». Mais en attendant que tous ces propos se confirment ou s’infirment lors de cet important rendez-vous, le secrétariat national de l’UGTA a décidé de convoquer pour lundi prochain une réunion des fédérations.
Cette rencontre sera consacrée aux questions économiques. La réunion se tiendra au siège de la Centrale syndicale sous l’égide du secrétaire général Abdelmadjid Sidi Saïd et de son secrétaire chargé des questions économiques, Achour Telli.
Source Le Soir d’Algérie Abder Bettache
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires