Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 08:41

Algérie - Les quatre commissions issues de la tripartite finalisent leurs travaux : Les partenaires acceptent la suppression de la retraite anticipée
travailleurs-algeriens.jpg

Les conclusions des travaux des quatre commissions chargées de formuler des propositions concernant les dossiers relatifs à la surpression de la retraite anticipée, aux mutuelles sociales, aux allocations familiales et aux dispositifs du crédit documentaire (Credoc) destiné aux importateurs, sont en voie de finalisation.
Installées en fin 2009 lors de la 13e  tripartite, lesdites  commissions sont actuellement en phase d’apporter les dernières retouches avant de soumettre les propositions aux ministères concernés. C’est ce qu’a indiqué Boualem M’Rakech, président de la Confédération nationale du patronat (CNP). Selon lui, les représentants des trois partenaires semblent trouver un consensus sur l’ensemble des dossiers traités. «Chacune des parties a fait ses propositions avec arguments et nous avons trouvé un consensus sur la plupart des dossiers», a souligné le président de la CAP qui précise que les commissions ont tenu au moins quatre à cinq séances de discussions intenses.
Pour sa part, Mohamed Saïd Nait Abdelaziz, président de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), a souligné que les travaux des commissions se sont déroulés dans de bonnes conditions. Le dossier  traitant l’aspect financier des entreprises dans le cadre des relations-banques-patronat est d’ores et déjà finalisé et sera soumis incessamment au ministère des Finances pour validation. Pour ce qui est du Credoc, la commission a décidé de recourir à l’arbitrage du Premier ministre. «En réalité, il n’y a pas de problème. Nous avons passé au peigne fin les dossiers pour pouvoir débloquer les points entravant le développement de l’entreprise», a fait savoir le président de la CNPA ajoutant que le problème réside beaucoup plus dans l’application des mesures. «Nous rencontrons des difficultés sur le terrain. Il faudrait à mon sens créer des collectivités régionales et centrales pour assurer au mieux l’application des mesures décidées au plus haut niveau», a fait remarquer M. Nait Abdelaziz
 Il a également souligné  que la commission chargée du dossier de la retraite tiendra sa dernière réunion au courant de la semaine prochaine pour le fignoler et l’envoyer au ministère du Travail pour examen. Selon lui, la décision du retour à l’ancien régime de retraite avec condition d’âge est maintenue. A ce sujet, il a souligné que «le patronat est pour la surpression de la retraite anticipée».
Cette décision a suscité, convient-il de rappeler, un tôlé auprès des travailleurs. Des fédérations affiliées à la Centrale syndicale ont même demandé de revoir la mesure ou du moins différer son application.
Cela étant, la question sera tranchée au cours de ce mois. Selon M. Nait Abdelaziz, les propositions afférentes à ce dossier et même celles découlant du reste des commissions seront examinées lors du sommet tripartite prévu, note-t-il, à la fin du mois en cours. Concernant les conventions de branches, l’interlocuteur a expliqué que les négociations se font actuellement au niveau des entreprises.
Source Horizons Wassila Ould Hamouda.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires