Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 06:25

Le conseil d’administration de la CNR n’est toujours pas installé

 

retraites-algeriens.jpg

 

 

 

La revalorisation annuelle des pensions de retraite prévue le 1er mai de chaque année est-elle compromise ? La cause ? Le conseil d’administration de la Caisse nationale des retraites (CNR), dont les membres sont connus depuis le 15 juillet 2009, n’a toujours pas été installé. Le conseil devait, conformément à la loi, présenter au ministère de tutelle une proposition sur la révision des pensions.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Nommés par décret présidentiel en date du 15 juillet 2009, en application des dispositions des articles 13 et 14 du décret exécutif n° 92-07 du 4 janvier 1992 portant statut juridique des caisses de sécurité sociale et de l’organisation administrative et financière de la sécurité sociale, les membres du conseil d’administration de la Caisse nationale des retraites (CNR) ne sont toujours pas installés de manière officielle. Au total, ce conseil compte 29 membres, dont dix-huit sont des représentants de l’UGTA, sept du patronat, deux de la Fonction publique, tandis que deux autres siègent en qualité de représentants de l’administration de la CNR. Selon des sources sûres, cette situation que vit le conseil d’administration de la CNR a engendré une paralysie totale de ses activités. Les commissions en charge des différents dossiers, dont celui relatif à la revalorisation des pensions de retraite, sont inactives. La situation, a-t-on appris, dure depuis plusieurs mois, et rien n’indique qu’un «dénouement » pointe à l’horizon. Il est à rappeler que la revalorisation des pensions de retraite intervenant le 1er mai de chaque année est validée par le ministère de tutelle sur la base d’une proposition formulée à l’unanimité des membres du conseil d’administration de ladite caisse. Or, dans le cas présent, aucune proposition de ce genre n’a été formulée. Pour les retraités, le doute s’installe. La confusion est totale. Selon les mêmes sources, la mésentente affichée entre les différentes parties représentées au sein du conseil d’administration concernant son futur président est à l’origine de cette situation. «Pour débloquer la situation, il est urgent de trouver un candidat de consensus», souligne-t-on. Il est à rappeler que la revalorisation à taux unique des pensions de retraite à hauteur de 5 %, intervenue en 2009, a touché 1 863 000 retraités. L'incidence financière annuelle de cette revalorisation était de 6,6 milliards de dinars et l'incidence mensuelle de 556 millions de dinars. A ce titre, les retraités ont perçu leur augmentation à la fin du mois d'août avec effet rétroactif à mai 2009. Il est à noter que cette revalorisation annuelle des pensions et allocations de retraite a été possible grâce à la bonne santé financière de la Caisse nationale des retraites. Les dépenses de la CNR qui avaient atteint, l’année dernière, 290 milliards de dinars ont été totalement couvertes par les cotisations des travailleurs. Et même en cas d’apparition de déséquilibres pour les prochains exercices, le système de retraite ne sera aucunement déstabilisé, grâce notamment au Fonds national de réserves. Ce fonds mis en place en 2006, faut-il le rappeler, cumule à ce jour plus de 60 milliards de dinars. Pour la fin 2009, il avait dépassé les 90 milliards de dinars de réserves. Le Fonds des réserves de retraites (FRR) avait été créé conformément à une décision du président de la République, en 2006, pour sécuriser le système de retraite en Algérie. Il est alimenté par les revenus de la fiscalité pétrolière à raison de 2 %.
Source Le Soir d’Algérie A.B.

 

youcefabder@hotmail.com

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires