Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 08:07
Confidences sur la nouvelle Constitution
consel des ministres
Le retour à deux mandats de cinq ans, le poste de vice-président et le retour à la formule de chef du gouvernement seront les principales nouveautés de la nouvelle Constitution qui sera adoptée par les deux chambres du Parlement réunies lors d'une session extraordinaire.  
Après avoir tourné la page du Conseil des ministres et donné les dernières orientations au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, le Président de la République va s'atteler dans les prochains jours à donner les dernières retouches à la nouvelle Constitution. Selon des sources autorisées, la mouture du texte qui a été déposée au niveau de la Présidence par la commission chargée de la révision, sera étudiée par le président avant d'être présentée devant les deux chambres du Parlement. Selon ces mêmes sources, la question d'un prolongement de mandat du Président Bouteflika et l'idée de l'instauration d'un quinquennat comme elles ont été supposées par certains observateurs de la scène politique sont totalement exclues. D'abord, parce que cette formule est anticonstitutionnelle, ensuite parce que la majorité des mandats adoptés par les présidents du monde est concentrée sur une durée de cinq ans. La Constitution actuelle qui ouvre le droit à des candidatures illimitées sera donc abrogée pour revenir à la candidature pour deux mandats de cinq ans seulement. L'urgence actuelle pour le président de la République, c'est donc la révision de la Constitution et la préparation de la prochaine échéance électorale. Ce qui est sûr est que le Président Bouteflika souhaite accélérer le processus de révision de la Constitution et selon des confidences obtenues au lendemain du Conseil des ministres, en plus du poste de vice-président qui sera créé et qui a été longuement analysé par la presse, la grande nouveauté dans ce texte sera la séparation des pouvoirs entre l'Exécutif, le judiciaire et le législatif.
La nouvelle Constitution donnera plus de possibilités pour le pouvoir législatif, avec un contrôle systématique de l'action du gouvernement. Ainsi, pour la première fois en Algérie, le Parlement ne servira plus de chambre d'enregistrement, et pourra même déposer des motions de censure contre une politique du gouvernement qu'il jugera inadéquate. Cette Constitution consolidera le pouvoir législatif, mais renforcera également l'appareil judiciaire mettant fin aux graves dysfonctionnements de la justice. A cela s'ajoute la consécration de la liberté d'expression ponctuée déjà par l'ouverture du champ audiovisuel aux privés. L'autre nouveauté qui sera probablement annoncée dans la nouvelle Constitution, portera sur le poste du Premier ministre. Selon notre source, une réflexion a été entamée pour voir s'il est plus judicieux de revenir à l'ancienne formule du chef de gouvernement. Le poste de Premier ministre qui était jusque-là «le premier des ministres du gouvernement» sera donc supprimé pour revenir à l'ancienne formule qui donne plus de champ d'action et plus de prérogatives au chef de l'Exécutif. Une fois approuvé par le président de la République, le texte de la nouvelle Constitution sera soumis au vote des deux chambres du Parlement, lors d'une session extraordinaire. La date avancée pour l'adoption de ce texte «révolutionnaire» sera, selon notre source, la mi-novembre. Le président nommera à ce moment-là, son vice-président et annoncera officiellement, comme le stipule la Constitution, la date de l'élection présidentielle. Dans le cas de vacance du pouvoir, le vice-président va prendre automatiquement le relais jusqu'à la fin du mandat. Rien n'a filtré en revanche sur les intentions du Président Bouteflika pour un nouveau mandat. Selon le cercle proche du président, sa candidature pour un 4e mandat n'est pas à l'ordre du jour, le président poursuit sa convalescence et «la décision de sa candidature lui appartient et à lui seul», affirme enfin notre source. Néanmoins, le président qui a accompli malgré son état de santé sa mission de chef de l'Etat en organisant un Conseil des ministres et en signant la nouvelle loi des finances 2014, entend mettre un terme aux spéculations et à la confusion médiatique sur les dernières restructurations du DRS, pour poursuivre sa mission dans la sérénité et le calme.
Source L’Expression Salim Haggar
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires