Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 01:19

Algérie - Ce qui attend les nouveaux députés

APN

 

La septième législature a débuté hier, soit quinze jours après le scrutin du 10 mai. Les nouveaux députés ne vont pas chômer durant ce mandat, il y aura du travail. Le principal chantier du nouveau Parlement est la rédaction d’une nouvelle Constitution, conformément aux orientations formulées par Abdelaziz Bouteflika  lors de son discours à la nation du 15 avril de l’an dernier. Elaborer une nouvelle Constitution d’ici le premier trimestre 2013, est la mission de ce nouveau Parlement. Le FLN, un parti qui dominera cette Assemblée avec 208 sièges, a un rôle déterminant dans l’écriture de la loi fondamentale du pays. Que fera le FLN de ce texte ? Va-t-il à nouveau limiter le nombre de mandats présidentiels à deux seulement et revenir ainsi au texte de 1993 ? La seconde question est celle liée au type de régime. Le FLN optera-t-il pour un régime présidentiel ou parlementaire ? Pour répondre à ces questions, une rétrospective des propositions de Belkhadem formulées le mois de juin dernier à la commission de consultation sur les réformes politiques conduite par Bensalah s’impose. Le secrétaire général du FLN avait appelé à un système de gouvernance basé sur la «dualité» de l’Exécutif entre le président de la République et le Premier ministre, avec désignation du Premier ministre au sein de la majorité parlementaire. Autrement dit, le FLN revendiquera le poste de Premier ministre. Cette position préconise, en outre, de définir les prérogatives du président de la République et du Premier ministre et d’accorder au Président, outre les prérogatives contenues dans la Constitution actuelle, celle d’arbitrer entre le gouvernement et le Parlement et le droit de limoger le gouvernement et de dissoudre le Parlement. Plusieurs partis politiques ont clairement exprimé leur préférence pour un système parlementaire. Belkhadem s’est dit également «pour la limitation des mandats présidentiels». En 2008, le président de la République avait modifié la Constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat. Aujourd’hui, depuis l’éclatement des révolutions arabes, le contexte a changé et la présidence à vie n’est plus à la mode. Le mandat présidentiel sera certainement limité lors de la prochaine révision de la Constitution. Cette nouvelle Assemblée, dominée par le FLN, aura également pour tâche de mettre en exécution les réformes initiées par le président de la République, entre autres, la loi sur l’information qui devrait consacrer l’ouverture du champ audiovisuel. Par ailleurs,  calendrier oblige, le premier texte qui sera soumis au Parlement par le nouveau gouvernement a trait aux dépenses budgétaires : la loi de finances 2013 atterrira au Parlement probablement début octobre. Elle devrait consacrer la révision de plusieurs mesures économiques entreprises par le gouvernement d’Ouyahia, notamment celle relative à l’investissement étranger. Très attendue sera également la nouvelle loi sur les hydrocarbures et celle ayant trait à la fonction d‘avocat. Le chômage, l’amélioration du pouvoir d’achat, la corruption, la santé et l’enseignement, sont autant de dossiers qui attendent un traitement de la part de la prochaine Assemblée. Le FLN est appelé à impulser une dynamique politique et économique qui ressuscite l’espoir et rétablit la confiance des Algériens en leurs institutions et gouvernants. Le scrutin du 10 mai a mis également le FLN dans une position de force pour aborder les élections municipales d’octobre 2012 et surtout la présidentielle de 2014. Et ce ne sont pas les ambitieux qui manquent. En tous cas, Belkhadem nourrit toujours l’espoir de briguer le poste de chef de l’État et succéder ainsi au Président Bouteflika, qui a laissé entendre, depuis Sétif, qu’il ne se représenterait pas pour un quatrième mandat. L’installation de la nouvelle Assemblée sera suivie, en principe, de la démission du gouvernement Ouyahia. Le Premier ministre est attendu au palais présidentiel à El Mouradia pour remettre au président de la République la démission de son gouvernement, comme le veut la tradition. Le chef de l’Etat a la prérogative de reconduire l’équipe Ouyahia ou lui demander de plier bagage.

Source Le Jour d’Algérie Mehdi Aït Mouloud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires