Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 09:03
A l'assaut de l'Eldorado algérien

bna-algerie

 

En ces temps de crise où les agences de notation font la pluie et le beau temps sur le Vieux Continent, des pays au bord de l'explosion cherchent leur salut économique sur le marché algérien.

L'Algérie est en phase de devenir la Mecque économique des pays européens frappés de plein fouet par la crise qui secoue le Vieux Continent. La Serbie, l'Italie, l'Espagne et le Portugal ont joué des coudes pour signer des accords de partenariat avec l'Algérie. Avant-hier, la Serbie a donné le «la» de ce regain d'intérêt pour le marché algérien. Preuve en est, pas moins de quatre accords de coopération, dans les domaines de l'investissement, de l'agriculture, de l'eau et du stockage des produits alimentaires, ont été signés, à Alger, au terme de la 19ème session de la commission mixte de coopération économique, technique et scientifique alger-serbe. Pour le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, et le ministre serbe de l'Economie et du Développement régional, Nebosja Ciric, qui coprésident la commission: «Les résultats obtenus à l'issue de cette rencontre sont à la hauteur de nos espérances. Nous avons pratiquement atteint les objectifs fixés lors de la précédente session tenue en 2009 à Belgrade». Ebranlée par la crise financière, l'Italie, pour sa part, attache une grande importance à ses relations avec l'Algérie. Une grande importance dont «elle entend renforcer son partenariat et l'élargir à d'autres domaines de coopération», a indiqué avant-hier l'envoyé spécial du ministre italien des Affaires étrangères pour la Méditerranée et le Moyen-Orient, M.Maurizio Massari. «Nous avons une volonté politique pour réaliser un saut qualitatif dans nos relations avec l'Algérie. Nous voulons donner un élan à ces relations bilatérales», à travers l'intensification des contacts de haut niveau, a déclaré M.Massari. Il est question d'ailleurs de la tenue, dans le courant de l'année 2012, d'un sommet algéro-italien. Pour l'Espagne, aussi en proie à la grave crise financière, c'est le même hymne à l'investissement. Le chef de la diplomatie espagnole, M.José Manuel Garcia-Margallo, a effectué une visite depuis hier en Algérie. Il est accompagné par le ministre de l'Industrie, de l'Energie et du Tourisme. Une visite qui entre dans le cadre de «l'approfondissement» de la coopération bilatérale entre les deux pays. Ce nouvel Eldorado des Européens concerne même le Portugal. Des chefs d'entreprise et des hommes d'affaires portugais ont affiché, cette semaine à Alger, leurs «vives» intentions de développer davantage leurs activités sur le marché algérien qu'ils qualifient de «très attractif». Ces opérateurs portugais en compagnie de leur ministre de l'Economie et de l'Emploi, Alvaro Santos Periera, disent «connaître» et «apprécier» les opportunités et avantages offerts par le marché algérien et comptent conforter leurs activités dans des secteurs comme la e-gouvernance, la construction et la maintenance navale, les travaux publics et le bâtiment. Le directeur général d'un groupe portugais spécialisé dans les travaux maritimes, M.Antonio Beja Martins, a souligné le caractère «rentable» des projets entrepris entre son groupe et ses partenaires algériens. Présent en Algérie depuis 2004, il a déclaré: «Je peux témoigner que nous faisons de bonnes affaires dans le pays, d'où notre intention de développer encore plus notre activité», a-t-il expliqué. En ces temps de crise où les agences de notation font la pluie et le beau temps sur le Vieux Continent, des pays au bord de l'explosion, à l'instar de l'Italie, le Portugal, l'Espagne et la Serbie cherchent leur salut économique sur le marché algérien.
Cela aura-t-il comme conséquence de booster l'investissement et d'engager une réelle dynamique économique nationale? Les observateurs croisent les doigts.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires