Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 06:47

La Transition permanente

bouteflika fixe le calendrier des reformes

 

L’heure est grave. Un mandat d’arrêt international est lancé contre un ancien ministre de la République, et non des moindres. Il s’agit de M. Chakib Khelil qui durant 10 ans, soit pendant deux mandats présidentiels, il était en charge du ministère de l’Energie et des Mines. Il avait la responsabilité d’un secteur générant 97% des devises du pays. La télévision algérienne ouvre son journal télévisé de 20 heures par la conférence de presse du procureur d’Alger qui annonce l’émission de neuf mandats d’arrêt internationaux. Du jamais vu ! Les médias lourds s’y mettent à leur tour. Rappeler que Chakib Khelil a failli devenir Premier ministre, situe fort bien le tsunami politique qui touche l’Algérie. On ne parle plus d’indélicatesses de certains responsables, souvent subalternes mais d’une corruption organisée voire systémique. Le président de la République se doit de réagir. Il convoque son Premier ministre, une caméra immortalise cette prise en main énergique. Il met sa tenue de combat, une robe de chambre élégante, sombre aux revers satinés. C’est dans une tenue identique qu’il avait déjà reçu le même Premier ministre et le Chef d’état-major aux Invalides pour donner des directives. Pour les grandes occasions, Bouteflika met une belle robe de chambre comme d’autres portent leur plus beau smoking pour écouter l’opéra de Wagner, le crépuscule des dieux, en trois actes. Le troisième acte du règne présidentiel semble être aussi ténébreux.
Les mandats se suivent mais ne se ressemblent pas. Désigné président en 1999, Bouteflika présente un projet phare : la réconciliation nationale, axe central de la transition post-décennie noire. En 2004, le second mandat déclenche la démission du feu général Mohamed Lamari. Ainsi le président réélu récupère tous les pouvoirs alors délégués au commandement militaire. Bouteflika assoit et élargit son autorité. La transition du pouvoir se poursuit mais en sa faveur. Seulement, il connaît lors de l’acte deux de son règne un premier séjour médical au Val-de-Grâce. Afin de maintenir son pouvoir indéfiniment transitoire bien que légèrement perturbée par un problème de santé, le premier magistrat concentre son énergie pour modifier la Constitution afin de délimiter le nombre de mandats présidentiels. L’alternance n’est plus à l’ordre du jour car la transition s’éternise. Acte trois, sur le papier, Bouteflika dispose de tous les pouvoirs, depuis l’actualisation de la Constitution, mais les premiers scandales, autoroute Est-Ouest, Sonatrach I, provoquent un remaniement qui fissure la garde rapprochée du président. Jusqu’alors le président choisissait ses plus proches collaborateurs en s’inspirant de Kafka (Le Château) : «Tu n’es pas du château, tu n’es pas du village. Tu n’es rien.» Le château se vide, le village de plus en plus fantôme. Crépuscule des dieux ? Pourtant, Bouteflika, avec les soubresauts du printemps arabe, est devenu dans la tourmente régionale, un facteur de stabilité au point où la réflexion pour un quatrième mandat paraît comme une fatalité. La transition devient permanente comme la révolution théorisée par Karl Marx : elle ne doit pas s’arrêter tant qu’elle n’atteint pas tous ses objectifs. Dans les deux cas, le but est identique : contrôle absolu sur le pouvoir.
La Constitution même complaisamment modifiée règle un grand nombre de problèmes d’ordre institutionnel mais pas ceux liés à la santé. Mais, jusqu’à présent, à l’abri du printemps arabe, l’Algérie se dresse comme un rocher sur lequel se briseront, peut-être, encore les islamistes et accessoirement les démocrates. Pourquoi ? Entre la démocratisation et la stabilité, Alger opte pour la transition permanente. Soit un immobilisme aussi sophistiqué que le «moonwalking», ce mouvement de danse en pas glissé où l’artiste recule en donnant l’impression qu’il avance. Il est donc temps de cesser de parler de transition et réfléchir en termes de rupture. Le poste n’est pas encore vacant mais la succession est inéluctable. Hormis les candidatures farfelues, les postulants les plus plausibles gardent encore le silence. Peu à peu, le Premier ministre, pourtant affilié à aucun parti politique, se présente insidieusement comme le garant de la continuité, vocable synonyme d’immobilisme. Abdelmalek Sellal en a les qualités requises. L’indépendance n’est pas la qualité susceptible de figurer en haut de la liste. Ministre de l’Hydraulique, il avait ouvert le robinet des contrats fructueux. Le monde des affaires ne lui sera donc pas hostile. Pour le moment, il sillonne le pays et va à la rencontre des Algériens qu’il peut parfois séduire tant qu’il ne s’exprime pas en arabe. Le Premier ministre ne tardera donc pas à montrer ses muscles, sans doute inspiré par la poignée de main (et pourquoi pas les idées) échangées avec Arnold Schwarzenegger

Source Le Soir d’Algérie N. B. El.-M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires