Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 06:27

Diatribe de Seddik Chihab contre le parti

said-sadi-rcd-

 

Autant elle a tardé, autant elle est cinglante, sévère, la réplique du RCD à Seddik Chihab. Le parti de Saïd Sadi n’a pas fait l’économie des mots pour descendre en flammes le membre du bureau politique du RND et vice-président de l’APN qui affirmait, mardi dernier, que «ceux qui ont légalisé l’ex-FIS et le RCD doivent répondre de leurs actes».
Ce retard dans la réplique s’explique, selon un communiqué du RCD rendu public hier, par «les échos donnés à ses propos par certains de ses amis et sa mise au point» qui, en fait, confirme son forfait démontrant «qu’au-delà de l’individu, ce comportement est un identifiant du pouvoir. D’où cette intervention». Le RCD accuse Chihab d’avoir «grenouillé dans le syndicalisme d’où feu Benhamouda avait exigé et obtenu son élimination. Ses abus étaient si scabreux que même l’intervention de la Sécurité militaire n’a pas suffi à calmer le défunt responsable de l’UGTA». Aussi, le parti de Saïd Sadi qualifie le dirigeant du RND d’avorton du parti unique, qui n’existe que grâce aux sacrifices consentis par des militants comme ceux du parti dont il suggère aujourd’hui la dissolution. S’il avait fallu attendre que des Chihab osent s’exprimer pour arracher quelques droits, les Algériens en seraient encore à lire El Moudjahid, «la détermination des kasmate FLN défiant les ennemis impérialistes de notre glorieux pouvoir révolutionnaire», note le RCD, pour qui «ni les frasques de M. Chibab ni les innombrables détournements opérés au ministère de la Santé et dans celui des Travaux publics par son futur acolyte ne sont les vrais problèmes du pays». Dans toutes les sociétés, relève le RCD, «les voleurs et les voyous existent, a fortiori quand les régimes qu’elles subissent sont nés et fonctionnent dans l’opacité et l’illégalité, mais ce qui pose réellement problème dans notre pays, c’est qu’une police politique qui dispose à sa guise de la nation encourage, couvre avant de les recruter des imposteurs et des escrocs pour les infiltrer au plus haut niveau du service public». «C’est dans ce qu’elles sont des manifestations d’une culture maffieuse institutionnelle que ces insolences et ces vulgarités sont dangereuses», peut-on lire dans le communiqué du RCD pour qui, apparaissant publiquement dans toute leur étendue et leur nuisance, elles prennent en otage l’Etat au vu et au su du citoyen. Une partie des raisons qui alimentent les révoltes dans nos villes et villages vient de ces outrageantes promotions

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires