Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 07:10

Son projet de construction d’une usine n’avance pas

voitures-algerie-copie-1.jpg

 

«Nous voulons que la plus grande partie de la production du projet Renault soit faite chez nous» a déclaré jeudi Mohamed Benmeradi.

Deux pas en avant, un pas en arrière, le dossier «Renault» avance doucement. Un rythme qui n’est pas pour inquiéter la partie algérienne qui continue de faire des déclarations optimistes, alors que du côté du partenaire français, le ton est clair ou plutôt réaliste. «Le dossier est complexe», avait dit M.Jean-Pierre Raffarin. Jeudi dernier, M.Mohamed Benmeradi, le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement a estimé que «les négociations entre l’Algérie et le constructeur automobile français Renault avancent très bien». Aucun accord par contre, ni engagement, ne seront paraphés lors de la visite de l’envoyé spécial du président français prévue les 30 et 31 mai. Une visite qui rentre dans le sillage du 4e round de négociations. Benmeradi avoue que le dossier est lourd mais revient pour rassurer que «rien ne coince avec Renault; ce genre de négociations demande au moins une année dans tous les pays du monde, mais c’est sûr que nous allons arriver à un accord dans les prochains mois», a-t-il déclaré à la presse en marge d’une séance plénière à l’APN.
A défaut de signer un accord, l’Algérie qui semble vouloir accorder ce projet à Renault, souhaite quand même signer un «préaccord» en mai. Un souhait qui n’a pas, à en croire la sortie du ministre de l’Industrie, reçu «la bénédiction» du partenaire. «Nous avons commencé à travailler depuis trois mois. Sur le plan technique, le dossier avance bien, mais sans précipitation», poursuit le ministre.
Après la signature du préaccord, les deux parties se pencheront sur un pacte des actionnaires, qui prendra trois ou quatre mois encore. Mais qu’est-ce qui coince dans les négociations entre les deux parties? Le ministre, qui refuse de parler «d’entrave» avoue quand même un différend de fond. Alors que Renault souhaite réaliser une usine de montage, l’Algérie veut une voiture essentiellement algérienne. C’est-à-dire que la quasi-majorité des pièces soient fabriquées dans notre pays. La deuxième divergence tourne autour de la capacité de production. «Nous voulons que la plus grande partie de la production du projet Renault soit faite chez nous. Ce qui les (propriétaires de Renault) arrangerait peut-être c’est de faire une usine de montage, mais la valeur ajoutée serait, dans ce cas, minime», a-t-il expliqué.
Il ajoutera que «c’est pour cela que nous avons insisté pour qu’une partie des équipements soit fabriquée en Algérie».En outre, l’Algérie a négocié la possibilité de construire 150.000 moteurs par an. Pour le moment, Renault n’a pas accepté, estimant que son usine ne peut être rentable qu’avec une production supérieure à 300.000 moteurs, a souligné M.Benmeradi ajoutant:
«Les négociations sur ce sujet et sur les autres aspects, économique et commercial, continuent tout de même.» Le projet Renault porte, notamment sur la construction en Algérie de voitures de ce constructeur français, avec un taux d’intégration de plus de 50%.
L’Algérie a mis en contact le constructeur français avec soixante-dix sous-traitants privés nationaux pour faire, entre autres, la câblerie et la sellerie. «Notre objectif est d’arriver à un taux d’intégration d’au moins 50%, c’est-à dire que 50% de la valeur du véhicule seront produits en Algérie», a encore précisé M.Benmeradi, pour qui un tel taux d’intégration était «un acquis». Cependant, les sous-traitants nationaux manquent de savoir-faire et travaillent sans le respect des normes et c’est pour cela que «nous sommes en train de les accompagner dans le processus de certification», a-t-il noté.
Le projet de l’usine Renault en Algérie, dont le coût est estimé à «pas moins d’un milliard d’euros», doit permettre la création de 20.000 emplois directs et indirects, selon le ministre. L’autre volet sur lequel les négociations avancent bien est la fabrication des carrosseries des véhicules. «Nous avons demandé à fabriquer les coques des véhicules Renault en Algérie et notre demande a été acceptée», a-t-il dit.
Interrogé sur la possibilité d’aller jusqu’à l’interdiction de l’importation des véhicules pour protéger la production automobile nationale, une fois née, M.Benmeradi a répondu qu’une telle mesure «n’était pas soutenable», sans écarter une «éventuelle protection douanière supplémentaire si cela s’avère utile». Sur la question de savoir si la règle des 51-49% relative à l’investissement étranger entravait les négociations avec Renault ou avec d’autres investisseurs, le ministre a affirmé que le contraire était vrai. «Nous avons réussi à conclure des accords importants dans le domaine de la mécanique avec des firmes allemandes comme Mercedes ou Liebherr, ce qui a encouragé d’autres entreprises européennes à accepter sereinement cette règle». Evoquant les autres dossiers de coopération algéro-française, qui devront être examinés lors du 4e round de négociations prévu les 30 et 31 mai à Alger avec l’envoyé spécial du président Sarkozy, M.Jean-Pierre Raffarin, le ministre a assuré que «sur douze dossiers concernés, huit sont totalement réglés».A titre d’exemple, le dossier de Alverre (Algérie-Verre), qui doit être cédé à un groupe français, «verra la signature d’un accord ces jours-ci», a-t-il dit. Pour ce qui est du projet du métro d’Alger, le ministre a réaffirmé qu’il sera livré dans les délais, c’est-à-dire le 31 octobre 2011. «Ce matin encore, la Régie des transports parisiens (RTP), qui gèrera le projet, a confirmé qu’il sera livré le 31 octobre comme convenu».

Source L’Expression Achira Mammeri

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires