Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 04:03

Un legs indétrônable

Laghouat--Le-tapis-de-Djebel-Ammour.jpg

 

Le tapis de Djebel Ammour, fierté de la wilaya de Laghouat, ne s’est guère laissé emporter par les vents de la modernisation et de l’industrialisation de la tapisserie.

Ce produit, originaire de la région, n’a cessé de susciter un intérêt croissant chez les acheteurs, à la satisfaction des artisans, tisserands et tapissiers, notamment les femmes de la région qui s’emploient à marquer chacune son produit de signes particuliers, en référence justement à la tribu dont elle est issue.
De la commune de Sebgueg à l’ouest de Laghouat, à celle d’El-Beïda à l’Est, où foisonnent les diverses activités d’artisanat, le tapis de Djebel Ammour se place en tête des métiers, considéré comme un legs indétrônable et une icône de la diversité culturelle et artistique de la région.
La présidente de l’Association de préservation du patrimoine et de l’artisanat à Aflou a indiqué que les formes géométriques et les motifs imprégnés au tapis de Djebel Ammour sont inspirés de la nature.
Ils immortalisent les conditions et faits historiques de la région et renvoient, de par leurs couleurs et signes, à des dimensions purement sociales et existentielles.
Les motifs berbères et les influences de la culture ottomane jalonnent majestueusement, sur une forme géométrique façonnée en couleurs rouge, noire et blanche, le fameux tapis de Djebel Ammour.
Des chercheurs concernés par cette filière affirment que le tapis, enraciné dans la région, consiste à mettre en valeur le produit laineux dans la réalisation des dessins, décors et miniatures géométriques, dans une parfaite synergie, inspirés de la nature et traduisant des us et coutumes anciennes de la région. Les dessins, plus connus dans le jargon artisanal local sous le nom de «regma», sont multiples et largement endossés par son inventeur à l’instar du motif «kheznachi» que bon nombre de tapissiers attribuent à une femme turque ayant œuvré à la promotion du tapis de Djebel Ammour.
Cette promotion esthétique lui a conféré une notoriété mondiale qui lui ont valu des prix internationaux décrochés durant les années 1970 lors de manifestations internationales à Moscou, Washington, Paris et Berlin, où le tapis de Djebel Ammour s’était imposé devant une rude concurrence et des labels mondiaux de la tapisserie. Cette position d’envergure internationale qu’incarne ce tapis ne peut, cependant, occulter le concours des marchés locaux, notamment hebdomadaires, dans la commercialisation et la promotion du produit.
Le marché d’Aflou, précisément «le quartier des tapis», d’une surface de 300 m2, où convergent chaque semaine des vendeurs de tapis, reflète à lui seul un savoir-faire féminin d’une parfaite dextérité. Des vendeurs et artisans ont, eu égard à l’exiguïté de l’espace, plaidé pour la réhabilitation et la restauration de cette rue, constituant une source vivrière pour de nombreuses familles artisanes.
Toujours dans le cadre des efforts visant la préservation du patrimoine matériel, de nombreuses associations actives se sont employées à apporter assistance aux femmes artisanes, en les sensibilisant sur les mécanismes d’emploi et de qualification en vue de bénéficier de prêts, au titre des différents dispositifs mis en place par les pouvoirs publics, pour pérenniser cette activité artisanale inestimable.

Source Infosoir R.L. APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires