Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:42

Algérie - Le nouveau billet de 2000 DA sème la discorde

Bouteflika-discorde-billet-200DA.jpg

 

«Voilà qu’on change maintenant les billets de banque comme on change les timbres de poste ! La décision a été prise sans concertation avec les spécialistes et les experts du ministère !» L’agacement de ce cadre du ministère des Finances en dit long sur l’ambiance qui règne chez les trésoriers du pays depuis l’annonce, jeudi dernier, par la Banque d’Algérie d’émettre un nouveau billet de 2000 DA. «Une décision prise dans la précipitation», souligne-t-on encore au ministère.

Seule certitude : de nombreuses zones d’ombre entourent le dossier, puisqu’à la Banque d’Algérie, seuls quelques responsables étaient au courant. «C’est tout de même étonnant d’apprendre la nouvelle comme tout le monde, alors qu’il s’agit d’une affaire délicate qui relève de la souveraineté nationale et de la stabilité monétaire du pays, cela nécessite une longue réflexion», s’étonne un responsable de la banque qui ignorait cette opération. Mais que s’est-il passé dans la tête du gouverneur Mohammed Laksaci ? «Personne ne nous a sollicités pour que nous donnions notre avis sur la question ;  j’ai appris la décision, comme tout le monde, par la presse, confie également un haut responsable de la direction des impôts. Le ministre des Finances se serait lui-même opposé à cette mesure d’urgence. C’est le gouverneur de la Banque d’Algérie – après concertation ou instruction de la présidence de la République – qui aurait tranché tout seul en faveur d’un nouveau billet…» Officiellement interrogé sur les effets de l’introduction prochaine du billet de banque de 2000 DA sur la masse monétaire et le pouvoir d’achat, Karim Djoudi a joué collectif en précisant que cette mesure tiendrait à «simplifier et faciliter les transactions monétaires entre les différents agents et opérateurs économiques».

Masquer l’inflation

Rien à voir avec le véritable objectif, dévoilé par des cadres de la Banque d’Algérie, qui serait de «pallier le manque de liquidités dans les postes et les banques, et combattre la prolifération des faux billets». Une stratégie décriée par de nombreux spécialistes. La meilleure solution pour «récupérer l’argent qui circule en dehors du circuit bancaire, détenu en majorité par les gros commerçants qui refusent, selon Bouguerra Soltani, de le déposer dans les banques à cause de la riba (l’usure)» serait justement de procéder au changement de la monnaie nationale. Une proposition déjà faite en 1993, 1997 et 2003. Ou encore opter pour le changement du graphisme des billets. «Ainsi, tout le monde serait obligé d’aller à la banque changer ses billets», précise un haut responsable du ministère des Finances.

Même à la Banque d’Algérie, les experts sont formels : «L’Algérie ne manque pas de liquidités, seulement voilà, personne ne dépose son argent dans les banques et les gros commerçants qui ont souffert après la promulgation de la LFC 2009, boudent les banques, nous explique-t-on. L’apport en liquidités injecté par les importateurs lors de la domiciliation bancaire était appréciable et pouvait à lui seul suffire à absorber une large proportion de la demande.» Pour ne rien arranger, un nouveau décret, non publié, exige des banques à ce qu’elles procèdent, avant le 31 juin, à la transformation des bons de caisse anonymes (dépôts d’argent) en bons de caisse personnalisés. Résultat : tout le monde, en particulier les gros capitaines d’industrie, a retiré son argent.

Cette mesure «hâtive et irresponsable» équivaudrait, selon nos sources, à une «dévaluation masquée du dinar» à la Banque d’Algérie. Et à masquer l’inflation annoncée par Karim Djoudi pour 2011. En injectant plus de liquidités sur le marché, «non seulement le dinar n’aura aucune valeur mais de plus la Banque d’Algérie sera dans l’obligation d’émettre à court terme, soit dans un ou deux ans un billet de 5000 DA et de 10 000 DA», avertit un expert au ministère des Finances.

Source El Watan Zouheir Ait Mouhoub

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires