Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:46

Il reviendra, le beau rêve...

socrate lecon de vie

 

Je le dis aux rares hommes de la Gauche algérienne, la vraie, pas la compromise avec le libéralisme outrancier de la dernière décennie ou celle, hypocrite, qui soutient ceux qui ont affamé les ouvriers, les chômeurs et les retraités ; oui, la vraie ! Celle qui se bat et continue d'y croire, même quand les conditions sont défavorables et que tout incite à abandonner la lutte ! 
Je leur dis : ni la maffia et ses corrompus, ni les multinationales, ni le FMI ou l'OMC, ne pourront venir à bout de la volonté des travailleurs de s'affranchir de leurs exploiteurs ! L'aspiration à vivre mieux, à partager les richesses, à s'émanciper socialement et culturellement ne meurt jamais. Elle est mise entre parenthèses quelque temps, mais revient toujours pour faire tourner la roue de l'histoire dans le bon sens... Peut-on encore appeler cette quête d'égalité, de justice et de droits pour tous, Socialisme ?
Au fond, les mots et les pensées ont peu d’importance lorsque l’homme est acculé aux derniers retranchements de la dignité, lorsqu’il n’arrive plus à subvenir à ses besoins élémentaires et qu'il n'a plus ni vie décente, ni avenir : alors, le vieux rêve, balayé un moment par les chimères du bonheur libéral, revient comme un vent de printemps sur les terres brûlées par le feu de l'inégalité, de l'injustice et du trabendisme politique !
maamarfarah20@yahoo.fr

«Dois-je te rappeler que le sujet de l'heure est la corruption made in Khalil? Ne faites pas comme les autres qui ont sorti l'affaire Sonatrach moins 1, datant des années 90, pour nous occuper et nous faire oublier Chakib et Farid ?»
(Tata Aldjia)

Source Le Soir d’Algérie Maâmar Farah

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires