Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 08:28

Son concert chahute à Bouïra

Bouira Khaled

La venue du king du raï à Bouira, jeudi, a  suscité un grand mécontentement au sein de la population, en général, et chez les jeunes, en particulier. La rumeur selon laquelle une somme de plus de 6 milliards de centimes a été donnée à Cheb Khaled en guise de cachet a fait le tour de la wilaya, notamment chez les jeunes chômeurs et, surtout, les universitaires recrutés dans le cadre du pré-emploi ainsi que des citoyens de plusieurs localités organisatrices de plusieurs contestations pour l’amélioration de leur cadre de vie.

Depuis l’annonce de Khaled à Bouira, les internautes ont investi facebook, appelant à son boycott. Appel qui semble avoir trouvé un écho favorable au vu du nombre de tickets d’entrée vendus à travers les différents points de vente. À la Maison de la culture de la ville de Bouira, seuls 24 billets ont été cédés, selon des sources proches de la Direction de la culture.

La radio locale, sponsor de la manifestation, avait pourtant fait un tapage médiatique autour de “l’événement”. Même le jour du concert, des appels ont été lancés par des responsables des Maisons de jeunes de la région pour inciter les citoyens à se rapprocher de leurs structures, et ce, pour l’achat des billets. En vain. L’angoisse s’est installée chez les organisateurs qui se sont rabattus sur les associations pour mobiliser les foules en mettant à leur disposition des bus à partir des différentes localités de la wilaya, promettant même la “gratuité” de l’accès au concert. Malgré tous les moyens mobilisés, l’assistance n’a pas atteint le niveau escompté. Ils étaient moins de 8 000 personnes, chiffre insignifiant dans un stade olympique et pour un artiste de la trempe de Khaled.

À partir de 19 heures, des batailles rangées se sont engagées sur la pelouse entre différents bandes sous les yeux des forces de sécurité. Des jeunes installés sur les gradins avaient scandé : “Ouin rahi el-houkouma ?” (où est l’État ?).

Mais d’autres slogans se sont fait entendre : “Khaled yadi 6 milliards ouahna aïchin fi algaraget” (Khaled empoche 6 milliards pendant que nous vivons dans des garages). D’autres ont saisi cette occasion pour dénoncer le prix de la pomme de terre. “Papa el wali attina soukna” (M. le wali, donnez-nous des logements), ont encore crié d’autres. Juste après le coup d’envoi du concert, un grand nombre de jeunes ont quitté les lieux pour protester… contre le retard. L’arrivée de Khaled à Bouira était prévue pour mercredi soir. Un déjeuner était programmé avec les autorités locales au CNSL Tikjda qui avait entamé tous les préparatifs. À la dernière minute, le rendez-vous a été annulé. Idem pour la rencontre en exclusivité avec la radio locale qui a retransmis son concert en direct, avec celles de Bordj Bou-Arréridj et d’Oran. Lors du concert, plusieurs jeunes ont tenté de provoquer des troubles, certains usant même d’armes blanches.

Les forces de sécurité ont procédé à plusieurs arrestations et des repris de justice ont été interpellés. En dehors du stade, plusieurs véhicules ont été visités par des voleurs. À la fin du concert, des heurts ont éclaté entre jeunes et forces de l’ordre qui ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser les émeutiers qui ripostaient par des jets de pierres. Une chose est sûre : les autorités auront à réfléchir avant la programmation de nouveaux chanteurs dans le cadre du programme culturel de la wilaya. Surtout sur les cachets qu’il faudra concéder aux artistes.

Source Liberté A. Debbache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires