Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 08:55

La classe politique en ébullition

changement.jpg

 

Il faut remonter à loin, très loin même dans le temps, pour se souvenir d’une embellie comme celle que connait ces derniers temps la scène politique nationale, plongée jusque-là, dans une profonde léthargie.

Un nouveau souffle qui, comme l’espère plus d’un, ne sera pas éphémère comme il le fut à maintes reprises par le passé à l’occasion, principalement, de joutes électorales

Ce qui ne semble pas être le cas, cette fois-ci, avec un seul mot d’ordre que partage une grande partie de la classe politique, voire même du peuple : le changement. Un mot d’ordre leitmotiv, il n’y a pas longtemps d’une partie de la classe politique et que fait sien le reste depuis que la révolte a commencé à souffler sur la rive sud de la Méditerranée.

Un vent qui a déjà emporté avec elle deux dictateurs, les raïs égyptien et tunisien au moment où le guide libyen est en butte à une rébellion qui risque de lui coûter le fauteuil au même titre que nombre de ses compères arabes. Ceci dit, cet espoir de changement est diversement apprécié par les partis et autres personnalités politiques.

Chacun y va de son angle, de sa vision quant à l’analyse de la situation du pays et aux meilleurs voies et moyens à même de concrétiser cet idéal. S’il est vrai qu’il présente bien des particularités par rapport au reste du monde arabe, de par notamment, le fait d’avoir eu à subir, en silence, une longue période de terrorisme avec son long fleuve de sang et de larmes, il n’en demeure pas moins que le peuple algérien partage avec le reste des peuples arabes l’idéal de liberté.

Signe de ce dynamisme qui caractérise la scène politique nationale, les sorties sur le terrain de plus en plus en vue des leaders et autres acteurs politiques.

Ainsi, le RCD qui a été le premier d’annoncer la couleur, essaie encore à imprimer aux émeutes du tout début de l’année, un caractère politique. Ceci en organisant d’abord une marche en solo avant d’élargir l’action à des partis et personnalités et autres segments du champ syndical et associatif.

Un forcing et une pression qui ont eu pour effet la levée de l’état d’urgence, quoique suscitant bien des réserves, et une batterie de mesures de divers ordres : emploi, logements… adoptées par le dernier Conseil ministériel. Partageant le même objectif, le FNA estime que la «liberté s’obtient dans un cadre organisé, paisible et pacifique », insistant sur «l’urgence de trouver des solutions radicales et efficaces» aux préoccupations des jeunes et de la société algérienne par «l’investissement dans l’homme».

Moussa Touati invite les Algériens à «s’inspirer des principes et valeurs du 1er Novembre 1954, pour édifier un système républicain et démocratique ». Pour le FFS qui a assisté à la naissance de la Cncd (Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie) avant de s’en retirer presque aussitôt, la liberté et la démocratie sont des processus qui se construisent dans un cadre «pacifique».

Le premier secrétaire du parti qui a animé un meeting populaire dans la Capitale, vendredi dernier, ne souscrit pas aux manifestations de rue, estimant que «la démocratie et le changement ne s’improvisent pas». «Il faut faire un effort important pour aller vers un changement pacifique et ordonné», affirme Tabbou, reconnaissant l’existence de «divergences de fond sur la méthode et la nature de ce changement» au niveau des organisations politiques et sociales.

«Le pays a besoin d’une transformation politique sérieuse et la responsabilité incombe à la fois au pouvoir, à l’opposition et à l’élite du pays», a-t-il estimé. Autre acteur, autre position, Louisa Hanoune qualifie «d’importantes» les mesures prises lors du dernier Conseil des ministres en faveur de l’emploi et de l’investissement, estimant que les postes d’emplois temporaires «doivent être permanents »

La patronne du PT plaide également pour la réouverture des entreprises fermées, au nombre de «1.500 à travers le pays», avant d’appeler à la «nationalisation des cimenteries», en particulier l’usine de Hadjar Soud (près de Azzaba, ndlr).

Autre initiative ayant le même objectif de changement, celle du mouvement El Islah qui, en compagnie d’autres entités syndicales et associatives et personnalités dont l’ancien chef du gouvernement Ahmed Benbitour, ont créé l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement).

Cette nouvelle entité ouverte aux citoyens» et «à toutes les initiatives allant vers le changement» et qui compte organiser un meeting le 18 mars prochain à Alger dans l’attente d’autres à tenir à travers le pays, est au stade d’élaboration d’une plate-forme de revendications et un programme de travail.

«Nous n’avons pas de président ni de porte-parole. Nous n’avons pas encore terminé notre travail. Cela serait fait quand tout sera prêt», a affirmé Benbitour, lundi, dans une conférence de presse.

Source Le Courrier d’Algérie K.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires