Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 23:51

Algérie – La Femme est pourtant l’avenir de l’homme

femme-algerie-copie-1

 

Drôle de société que celle qui bastonne ses femmes. Le fléau n’est pas nouveau, notamment dans notre pays, mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont les jeunes générations qui lui ont donné un coup de fouet au point où il s’est amplifié. La violence s’est enracinée dans les mentalités jusqu’à guider le comportement de l’homme qui porte en lui la haine de la femme, qu’il charge de toutes les tares qui ankylosent la structure sociale et à laquelle il attribue tous les maux. Que ce soit au sein de son couple, de sa famille, sur son lieu de travail ou dans la rue, elle est honnie, rencognée, battue. Comme si par les coups qu’il lui assène, l’homme tente de faire sortir le démon qui est en lui. Elle est pourtant la compagne, la sœur, la mère, la fille, en un mot, elle compose la moitié de la société et sans elle il n’y aurait pas de vie. C’est une réalité et les hommes en sont conscients, mais cela ne les empêche pas de maudire celles qui les complètent pour que l’existence puisse se perpétuer. C’est la violence qui est perpétuée au sein de notre société, faite par l’homme et pour l’homme qui abhorre la femme et lui dénie le droit d’exister, même quand il s’agit de son épouse, de sa «moitié» selon le terme consacré. Serait-ce ce terme qui lui confère à ses yeux la liberté de violenter la femme pour laquelle on n’utilise pas ce terme lorsqu’il s’agit de son époux ? Etre à part entière, sa vie passe de main en main, on décide pour elle, qu’elle appartienne au monde rural ou citadin, qu’elle soit analphabète ou intellectuelle. Mineure elle est, mineure elle restera puisqu’il n’existe aucune volonté de changer les textes qui la réduisent à cet état. Il n’existe pas non plus une volonté de durcir les lois en ce qui concerne ceux qui se rendent coupables de coups et blessures entraînant parfois la mort. Des associations de défense des droits des femmes activant dans notre pays ont fait état du décès, l’année dernière et durant une période de 8 mois, de plus de 260 femmes des suites des actes de violence qu’elles ont subies. Ces mêmes associations ont relevé que les actes de violence envers les femmes ont augmenté de 426% durant la même période. Ces chiffres ne sont certainement pas exhaustifs du fait que les femmes ne recourent pas toutes à la justice. Nombreuses sont celles qui subissent en silence par peur des représailles de l’époux ou de la famille, et sur incitation de cette dernière qui conçoit mieux les coups portés sur la femme que le recours de celle-ci à la justice, considéré comme un affront. Quel que soit le travail effectué par le mouvement associatif pour amener l’Etat à revoir ses lois en ce qui concerne la femme, il reste insuffisant. En attendant, la femme apporte chaque jour sa pierre à l’édifice Algérie et contribue à son développement. Le poète (Louis Aragon) n’a-t-il pas déclamé que la femme est l’avenir de l’homme ?   

Source La Tribune Rachida Merkouche

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires