Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 08:29

Algérie - Djamel Debbouze enflamme le chapiteau de l’hôtel Hilton d’Alger

Jamel-Debbouze-copie-1.jpg

 

Quoi de mieux que le rire pour dérider les relations algéro-marocaine, qui traversent actuellement une autre séquence de crispation. Djamal Debbouze, s’y est essayé. Le comédien franco-marocain, invité par une boite privée algérienne a donné deux représentations à Oran jeudi et à Alger vendredi.

A El Bahia « c’était chaud, chaud, chaud ! » pavoisait vendredi soir Karim, un jeune comédien, lui aussi franco-algérien, qui s’est produit en prélude à l’entrée en scène de l’époux de la journalists de M6 Mélissa Theuriau. Alger a fait mieux qu’Oran, car Djamel Debbouze a véritablement enflammé la scène, au grand bonheur des quelque 3.000 spectateurs qui se sont agglutinés sous le chapiteau de l’hôtel Hilton d’Alger.

Le prix de 5.000 dinars le ticket n’a pas eu l’effet dissuasif escompté par les organisateurs qui voulaient éviter le grand rush. En effet, explique une des organisatrices, il aurait fallu une salle plus grande pour réponde à toute les demandes ». En tous cas pour ceux qui ont eu le privilège d’assister au spectacle ils en ont eu pour leur argent.

Un one man show avec un Djamel Debbouze pétillant sur scène qui a alterné entre digressions interactives avec la salle et le retour à son texte original « tout sur Djamal Debout ». Le nombreux public a été plus réactif avec les digressions au cours desquels il a eu droit un titillement de sa fibre algérienne. Exemple : « Tout lie l’Algérie et le Maroc : la géographie, l’histoire, la langue , la religion, la culture, la cuisine. Une seule chose les divise : C’est quoi ? », interroge le comédien. Et la salle de répondre en chœur : « La frontière ».

Puis de relancer encore « faut-il alors l’ouvrir ? » « OUIIIIIII » réagit le public. Debbouze, en alternant l’arabe et le français dans son interprétation, évoquera aussi la générosité des algériens, leur courage, mais aussi leur caractère sanguin qui a fait d’eux des natures facilement inflammables.

Mais entre une pique et une autre pour taquiner l’égo des algériens le comédien retourne à son texte pour mettre en scène son propre vécu. « Tout sur Djamal Debbouze », se décline comme une narration autobiographique dans laquelle il raconte son itinéraire d’enfant de banlieue qui finit par épouser une star du PAF français, la journaliste Melissa Theuriau , ex animatrice de l’émission « zone interdite ».

Cette histoire personnelle, renvoie en fait au dialogue entre la culture arabo-musulmane et la culture catholique. Djamal Debbouze présente son union avec la journaliste française comme un exemple de réussite, au moment où en France, la politique d’intégration est battue en brèche.

Source algerie1.com

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires