Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 07:23

Nouveau décret pour les marchands ambulants

informel-algerie.jpg

 

Dans le cadre de l’éradication du commerce informel, le gouvernement tente depuis des années de réduire l'impact de ce phénomène sur l'économie nationale. Toutefois, il ne suffit pas de poursuivre cette éradication (qui au demeurant a révélé ses limites) en s'en tenant seulement à l'action répressive, mais de récupérer ces commerçants, notamment les marchands ambulants, dans un cadre organisé et réglementaire.

Les commerçants ambulants ne peuvent plus traîner dans les rues des villes algériennes et exercer leurs activités s’ils ne possèdent pas un registre du commerce, stipule un décret exécutif publié au Journal officiel N°21. En effet, le texte oblige les commerçants exerçant des activités commerciales non sédentaires (ou commerce ambulant) à s’inscrire au registre du commerce. Il est également exigé une autorisation du président de l’Assemblée populaire communale (APC). «Les activités commerciales non sédentaires sont soumises à l’immatriculation au registre du commerce et à l’autorisation du président de l’APC pour l’attribution d’un emplacement au niveau des champs de foires et des espaces aménagés», stipule le décret fixant les conditions d’exercice de ce type d’activités.

En outre, ces mesures s’inscrivent dans le cadre des efforts de l’Etat pour organiser les activités commerciales et absorber le commerce informel. Il est rappelé que fin août dernier, les autorités ont relancé un plan de lutte plus radical, consistant à chasser les commerçants informels  des rues et des marchés. Les opérations visant à éradiquer ce phénomène n’ont pas abouti.

L’activité commerciale non sédentaire s’exerce sous forme de prestation de services ou de vente de produits exposés sur des étalages, de véhicules aménagés, des tables ou des stands. 

Elle s’exerce également au sein des marchés hebdomadaires ou bihebdomadaires et de proximité ou des champs de foires ou tout autre espace ou emplacement aménagé à cet effet ou de manière ambulante. Cependant, le président de l’APC peut accorder des autorisations à titre exceptionnel pour l’exercice de ce type d’activités aux commerçants (personne physique ou morale) sédentaires ou aux autres intervenants non immatriculés au registre du commerce. Par ailleurs, le commerçant non sédentaire est tenu de respecter la réglementation applicable à son domaine d’activité et aux produits et services qu’il commercialise. A cet effet, l’exercice des activités commerciales non sédentaires doit répondre aux exigences de sécurité, de salubrité, de tranquillité et de santé publique et ne doit pas porter préjudice à l’environnement urbain immédiat ou constituer une entrave pour les activités commerciales sédentaires mitoyennes.

Source Le Jour d’Algérie Ahcene Hadjam

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires