Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:58

Algérie - Sécurité, chômage, économie et université - Le nouvel état d’urgence

audition revue de projets

 

Le Conseil des ministres a adopté, hier, l’ensemble des textes inhérents à la levée de l’état d’urgence. Il s’agit d’abord «d’un projet d’ordonnance abrogeant le décret législatif du 6 février 1993 portant instauration de l’état d’urgence». Une ordonnance qui entrera en vigueur «dès sa publication imminente au Journal officiel» précise le communiqué de la présidence.

Bouteflika a opté donc pour la voie d’ordonnance pour aller vite et éviter un long passage par le Parlement. De sorte à rendre effective la levée de l’état d’urgence aujourd’hui même mercredi ou demain jeudi. En complément à cette ordonnance «mère», pour ainsi dire, le Conseil des ministres a adopté deux autres textes traitant de la lutte antiterroriste et des missions de l’armée. D’abord, un projet d’ordonnance «modifiant et complétant la loi relative à la participation de l’Armée nationale populaire à des missions de sauvegarde de l’ordre public hors des situations d’exception. Ce complément, lit-on encore dans le communiqué, intègre au texte le recours aux unités et formations de l’ANP pour répondre à des impératifs de lutte contre le terrorisme et la subversion». Puis, «un décret présidentiel relatif à la mise en œuvre de l’engagement de l’ANP dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Il confirme que la conduite et la coordination des opérations de lutte contre le terrorisme et la subversion sont prises en charge par l’état-major de l’ANP». Anticipant sur d’inévitables interprétations de ces textes, la présidence précisera que «ces deux textes n’instaureront aucune situation nouvelle mais permettront par contre la poursuite de la participation de l’ANP à la lutte contre le terrorisme jusqu’à son terme». Enfin, «un projet d’ordonnance complétant le code de procédure pénale». Il s’agit «d’une disposition (…) permettant de placer l’inculpé poursuivi pour terrorisme dans une résidence protégée fixée par le juge d’instruction ». Le second grand chantier de ce Conseil des ministres de crise est l’emploi. Bouteflika a ainsi ordonné au Trésor public d’engager, sans délai, une gigantesque enveloppe pour l’ouverture «d’une ligne de crédit à long terme de 100 milliards de dinars renouvelables afin de permettre aux banques de financer les projets à maturité longue». A partir du mois de mars 2011, «il a été décidé de lancer des sociétés publiques de leasing destinées à alléger le coût de la location-vente des équipements pour les nouvelles PME qui souhaitent recourir à ce dispositif». Dans le domaine agricole, l’Etat prévoit de nombreuses mesures incitatives à la création de l’emploi. Des abattements divers sur les charges pour favoriser la création de nouvelles exploitations agricoles et de nouvelles unités industrielles dans l’agroalimentaire. Mais aussi «des prêts bonifiés à hauteur de un million de dinars par hectare seront alloués pour la mise en valeur des terres et la création d’exploitations». Ainsi que «des crédits bonifiés et à terme seront mis à la disposition des unités industrielles agroalimentaires ». Le logement a, par ailleurs, accaparé une bonne partie des travaux de ce Conseil des ministres. Bouteflika a ainsi ordonné l’accélération de la réalisation des projets en cours, et, sachant l’aspect hautement sensible de ce volet, insiste sur l’urgence de «faciliter l’accès aux logements» aux jeunes. Toujours dans la même posture défensive, Bouteflika fera un net recul au sujet de précédentes mesures prises au sujet de l’université. Tout simplement, il ordonne «l’abrogation des dispositions nouvelles mises en place en décembre 2010» et qui font l’objet d’une contestation estudiantine très vive depuis quelques semaines. Bouteflika a également «ordonné au gouvernement d’apporter tout son soutien au ministère de l’Enseignement supérieur pour l’élaboration rapide des textes relatifs aux correspondances entre l’ancien système d’enseignement universitaire et le nouveau système LMD». Bouteflika lance, manifestement, plusieurs chantiers d’urgence pour s’épargner une colère sociale qui fait des ravages par les temps qui courent.

Source Le Soir d’Algérie kamel Amarni

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires