Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 08:07

Algérie - Lutte contre la corruption : Nouvelles règles pour les marchés publics

bouteflika--code-des-marches.jpg

 

L’Algérie a engagé pour la période 2010 -2014 un gigantesque plan d’investissement où les entreprises seront au cœur du dispositif de réalisation.

Les ambitions sont certes énormes.  Les appétits ne le sont pas moins. Le décret relatif à la réglementation des marchés publics étudié et approuvé au Conseil des ministres est le premier outil par lequel se combat la corruption.

En imposant des règles de transparence notamment « l’obligation pour le service contractant de rendre publique au début de chaque exercice la liste des marchés et ceux conclus précédemment »  et d’équité dans les soumissions et les attributions, on se prémunira davantage des passe-droits. Les révisions introduites par rapport à l’ancien texte visent, selon le chef de l’Etat, « à recueillir l’adhésion populaire grâce à une exécution transparente, économe et à l’abri de toute malversation ». Le souci de protéger les deniers publics apparaît clair dans les nouvelles dispositions et les appareils de contrôle et la justice sont appelés à jouer leur rôle pour sanctionner les violations de la loi et des procédures qui, durant des années, ont été à l’origine des détournements de fonds publics.

Les entrepreneurs indélicats, ceux qui ont des antécédents ou qui se dérobent à leurs obligations fiscales, auront de plus en plus de peine à travailler à l’ombre de cette nouvelle réglementation. Par contre, l’entreprise algérienne désireuse de respecter les nouvelles clauses est avantagée.

Les nouvelles lois sont claires. La préférence nationale est établie d’abord par «le relèvement de 15 à 25% de préférence reconnue à l’entreprise nationale». Le partenariat avec les sociétés étrangères est, par ailleurs, conditionné par l’engagement de «l’entreprise étrangère à conclure un partenariat d’investissement avec une entreprise algérienne».

Les entreprises algériennes, notamment les PME-PMI qui sont perçues comme des vecteurs efficaces de création d’emplois, sont, par ailleurs, élues au soutien direct  de l’Etat.  Des modalités d’aide à la mise à niveau ont été détaillées. Sur le plan du crédit bancaire, de l’aide directe à l’investissement,  de l’accompagnement des opérations des engagements de l’ordre de 380 milliards DA seront à la charge du Trésor public.

L’Etat, selon le président de la République, ne cherche nullement à réhabiliter l’économie dirigée ou à offrir des primes à la médiocrité. La mise à niveau de ces PME vise à les préparer à la rude concurrence internationale. L’après-pétrole où le travail et la productivité tendront à remplacer une richesse éphémère  a bel et bien commencé

Source Horizons H. Rachid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires