Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 07:04

Algérie - Lutte contre l’avancée du

 

désert : La riposte s’organise

 

 algerie---avancee-du-desert.jpg

 

Alors que les esprits sont enivrés par le Mondial, peu de gens se seront rendus compte que jeudi a été célébrée la journée mondiale contre la désertification.

C’est pourtant un véritable défi qui se pose à notre pays où chaque année le sable envahit de nouvelles terres. L’Algérie risque de se réduire à une étroite bande côtière cernée par une immensité sablonneuse.  Les raisons de cette menace sont multiples. Des pacages incontrôlés par ici ont réduit la superficie de la steppe et les feux de forêts par là affaiblissent les défenses naturelles des sols. L’alarme est de nouveau tirée.

Une ceinture rouge se dessine dans les wilayas des Hauts plateaux. Mme Hazzem, sous-directrice à la DGF qui participait jeudi à une journée d’étude organisée à Tébessa en présence du directeur général des forets, a rappelé une évidence inquiétante. Près de 80% de la superficie du pays est actuellement concernée par la désertification, tandis que 4 millions d’hectares de forêts sont menacés par ce phénomène. Le choix de cette ville de l’extrême-est du pays ne semble pas fortuit. A en croire son wali, quelque 50 % des zones steppiques, représentant 90%  du total de la surface de la wilaya (13.878 km2) sont touchés par ce phénomène tandis que 40%  sont menacés par la désertification. A Batna, les superficies atteintes par ce phénomène dans cette wilaya des Aurès dépassent 520.000 hectares dans 18 communes de la partie sud de la wilaya. «Le problème concerne, selon le conservateur des forêts, 300.000 habitants, soit 34% de la population de la région.

L’abandon du barrage vert conçu comme un véritable rempart contre un  phénomène aggravé par les pâturages extensifs, l’abandon des terres et les changements climatiques nécessite une nouvelle stratégie qui semble redevenir une priorité. Une  nouvelle politique de lutte contre la désertification a été mise en œuvre en 2000 par le plan national de reboisement pour augmenter les actions de plantation, surtout en milieu aride et semi-aride.

La stratégie a été consolidée en 2009 par le lancement du programme de renouveau rural qui s’adosse  à l’encadrement des actions de développement rural par la mise en place de projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI). Ces projets de proximité redonnent souvent vie à des territoires en jachère et par l’usage de l’eau pour des activités agricoles, le désert est contenu. Il suffit de voyager dans le sud du pays pour découvrir que l’homme par son labeur est capable de créer de véritables oasis artificielles. Les exploitations agricoles et une meilleure gestion de l’eau dans les zones steppiques et désertiques  permettent non seulement de fixer des dunes mais d’arracher au sable de nouvelles terres. Dans la  région d’El Bayadh, des opérations pilotes sont menées pour un meilleur contrôle des activités pastorales et une régénérescences du tapis végétal.

La protection de écosystèmes, philosophie qui sous tend ce programme de renouveau rural participe aussi de cette lutte contre la désertification. Une fondation comme celle que préside M. Cherif Rahmani s’attelle à cette tâche de revitalisation des espaces oasiens et sahariens. Les programmes de reboisement est enfin l’un des axes de cette nouvelle stratégie de mise en place de ceinture vertes. Il est attendu du plan quinquennal 2010-2014, dans le cadre du programme national de reboisement, la plantation d’un million d’oliviers à travers le pays. Les actions retenues, a précisé le DGF, s’articulent autour du soutien des communautés rurales sur les plans technique, organisationnel et financier, à travers la protection et la valorisation des ressources naturelles et des patrimoines ruraux matériels et immatériels, la diversification des activités économiques en milieu rural et l’amélioration des conditions de vie des populations rurales.

Le programme du renouveau rural, «fortement soutenu par l’Etat» avait permis selon lui la concrétisation à travers le pays de 1.500 premiers projets de proximité. 12.00O sont retenus au titre du  nouveau quinquennal 2010-2014.

Source Horizons H. Rachid.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires