Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 08:27

La Banque d'Algérie face à une crise rampante du dinar

euro dinar

 

 

La Banque d'Algérie était déjà la cible des critiques des patrons. Laxiste pour les uns, trop prudente pour les autres, surtout assujettie aux humeurs politiques changeantes aux yeux de tous. La crise du dinar qui enfle sur le marché parallèle a délié un peu plus les langues. L'explosion des transactions de devises au noir appelle une réaction. L'institut d'émission a surtout «brillé» par l'application zélée du Credoc, machine à renchérir euro et dollar.

Le différentiel de taux de change entre marché officiel et marché parallèle est passé à près de 40% ces dernières semaines en Algérie avec la parité moyenne de un euro pour 140 dinars. C'est le différentiel le plus important de la zone euro-méditerranéenne à l'exclusion de celui de Ben Guerdane dans le Sud tunisien où le dinar de la Libye en guerre s'échange avec un écart avec son taux officiel plus grand que celui d'Alger. Une économie souterraine alimente le marché de change parallèle. Elle a agrandi sa part dans les transactions de devises depuis un an, et sa croissance s'accélère. La capacité de traitement du marché noir de la devise se compte en dizaine de milliards d'euros par an «peut être l'équivalent en dinars et en devises de 50 milliards d'euros changent de mains durant une année» estime un vieux cambiste du square Port Saïd à Alger. Cette situation risque de durer. Au nom de «la stabilité politique» du pays, l'extinction du marché parallèle de la devise n'est pas pour demain, a implicitement admis le Premier ministre Ahmed Ouyahia lors de son dernier passage à la télévision. La responsabilité de la Banque d'Algérie paraît dégagée a priori dans ce dossier.

En réalité non. Une grande partie de l'approvisionnement du marché parallèle du dinar provient de devises qui ont échappé à la vénérable institution. L'ordonnance 96-22 du 9 juillet 1996 modifiée en février 2003 sur la répression de l'infraction de change assigne à la Banque centrale et à la Douane les missions de contrôle et de suivi des opérations de rapatriements de devises. Pour nombre de transactions, la Banque d'Algérie n'a pas obligé ces exportateurs au rapatriement des devises tirées des ventes, ajoute la source douanière. Des sources concordantes font état d'abord de transferts illégaux de capitaux par la sous déclaration des montants exportés sans que l'institut d'émission ne réagisse. Cette défaillance de la banque des banques est illustrée à travers le non rapatriement massif de devises émanant d'opérateurs qui se sont investis particulièrement dans les exportations illégales de marchandises. «On enregistre actuellement un phénomène sérieux d'exportation illégal de liège, de dattes, de cuir, de déchets de papiers, de déchets ferreux et non ferreux», confie un responsable du secteur financier. Une partie de ces marchandises est déclarée. Pour une bonne portion, les devises tirées de ces exportations ne sont pas rapatriées au terme des 90 jours exigés, rapporte une source douanière. Des sommes considérables en euros tirées de ces trafics alimentent sans même revenir physiquement en Algérie - le marché parallèle de la devise mieux rémunérateur en euros.

Le change légal attend depuis 1997

Le grand grief que font les opérateurs économiques à la Banque d'Algérie est cependant ailleurs. Si le marché parallèle est très approvisionné par des devises qui lui échappent il devrait aussi trouver une inflexion de la parité favorable au dinar à cause de la disponibilité de l'euro en particulier. Or c'est l'inverse qui se produit. D'où la nécessité d'une réforme urgente de la politique de change. La Banque d'Algérie est immobile sur ce dossier. Lors du dernier Think Tank de Liberté, Réda Hamiani, le président du Forum des chefs d'entreprise, s'est alarmé de l'importance que prend le marché noir de la devise. Il a appelé à l'institution d'un mécanisme de couverture du risque de change et l'ouverture de bureaux de change autorisé pourtant depuis 1997. Cette doléance du patronat remonte à plusieurs années.

 La Banque d'Algérie n'a toujours pas apporté de réponse à ces revendications. Faute de mécanismes de couverture, ces pertes de change subies par le chef d'entreprise sont finalement répercutées sur le prix du produit vendu au consommateur. Du coup, elles alimentent l'inflation dont le marché anticipe déjà une hausse en 2011. Toute la responsabilité de la crise du «dinar parallèle», ne peut, bien sûr pas, être endossée par la Banque d'Algérie. L'obligation par la LFC de 2009 du recours unique au crédit documentaire comme moyen de paiement des importations a relancé le recours aux devises au noir pour des milliers de PME. En effet, les délais de la lettre de crédit, l'obligation de verser une avance pour fixer une commande, ou lancer la production d'un produit destiné à l'importation, font passer par le marché au noir ces PME. «J'achète environ 30% de mes dollars sur le marché parallèle pour ne pas rater les bonnes affaires que j'obtiens en Chine. Je perdrais mon fournisseur et les prix obtenus si je devais attendre le Credoc» reconnaît un chef d'entreprise d'assemblage dans l'électroménager à Oran. Pas de responsabilité de la Banque d'Algérie ? L'institut d'émission a tenté de durcir un peu plus les conditions du Credoc en décembre dernier. Au nom de la lutte contre l'endettement de court terme, l'institution a instruit les banques commerciales de renoncer à fournir à leurs clients des lettres de crédit à six mois d'échéance, un mécanisme qui donne un peu d'air à la trésorerie des entreprises algériennes. Il a fallu un recours auprès du président de la République pour annuler ce courrier zélé qui allait jeter encore plus de PME dans les bras du marché parallèle des devises creusant ainsi un peu plus la chute du dinar.

Source Le Soir d’Algérie Salim Dali

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires