Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 09:31

Algérie - Le divorce se banalise

Plus de 41 000 cas enregistrés en 2009

femme-algerienne-copie-1

 

Depuis 2004, le nombre de divorces est passé de 29 731 cas à 31 133 en 2006 et 41 549 en 2009. Des chiffres considérés comme alarmants en liant les conséquences dramatiques sur la cellule familiale de ce phénomène de société. 

Les cadres du ministère délégué à la Famille invitées au Forum d’El Moudjahid, organisé autour du thème “le phénomène du divorce”, n’ont pas manqué de conclure sur le drame que ce phénomène entraîne pour les familles. Mme Houacine, chef de cabinet du ministère concerné, a, tout en rappelant que le divorce touche toutes les couches sociales y compris les couples de plus de quatre-vingt ans, fait remarquer que 11% des familles sont monoparentales. “Les raisons sont multiples dont certaines liées à la conjoncture qu’a connue le pays, mais arrêter le divorce c’est de l’utopie”, souligne-t-elle, précisant que “ce volet est une des premières préoccupations du ministère mais sans perdre de vue qu’il s’agit aussi d’une thématique transversale nécessitant l’implication de tout un chacun”. Dans le même sillage, Mme Mekhtaf, CES et sociologue de formation, préconise que soit constituée une équipe de recherche sur le complexe du divorce lié à la transformation de la famille. Mme Belhocine abonde sur la question en parlant de la nécessité de prévenir le divorce par la mise en place d’une cellule de recherche ayant pour mission la protection de la famille. “Le divorce touche en premier lieu l’enfant qui naît d’un lien rompu du couple. Il serait donc judicieux de mettre en avant la période d’avant divorce, de sorte à préparer les futurs époux à une vie ensemble, dans une harmonie familiale et comment justement éluder les facteurs pouvant conduire au divorce”, explique-t-elle. Pour Mme Bouraghda, CES, cette ascension du nombre de divorces s’explique aussi par le fait que certains articles du code de la famille, notamment le fameux article 53, relatif au “kholaâ”  permettent des facilités à la femme de demander le divorce. “Cependant, les femmes continuent à rencontrer des problèmes en matière de droit au gîte, à la pension alimentaire et à la garde de l’enfant”, souligne-t-elle. Mme Mahdi, CES, aborde le drame qui s’en suit de ce divorce à savoir l’enfant qui subit cela par des troubles psychologiques générés par un manque d’affection et qui vont l’entraîner dans un autre monde, celui de la drogue, de la délinquance, de la déperdition scolaire et autres. Les relations familiales se détériorent pour laisser place à la désagrégation totale. Une autre invitée de marque, Mme Djaâfri, présidente de l’Observatoire algérien de la femme(OAF), se désole de constater que les chiffres du divorce ne font que grimper d’année en année. Elle préconise de préparer le futur couple à la vie commune en expliquant aux deux époux ce qui les attend durant la vie de couple et que tout n’est pas aussi rose qu’on le pense. Son idée repose sur l’expérience de l’Indonésie dans ce domaine. Pour Me Nadia Aït Zaï, avocate connue pour sa position sur le code de la famille qu’elle a toujours critiqué, “la dérive prend de l’ampleur quand on met en avant le droit de la femme à demander le divorce”. Ce n’est pas cela qui met le couple en péril quand on sait que sur le chiffre des divorces, toutes raisons confondues, 12 900 sont à l’amiable. “Il faut cesser d’exhiber le “kholaâ”, comme motif visant à déstabiliser le couple. C’est la Cour suprême qui a décidé que l’autorisation du mari n’était pas exigée pour valider la demande de divorce. Qu’a fait le législateur en 2005 ? Il a tout simplement consolidé la décision de la Cour suprême”, commente l’avocate. Cette dernière saisit d’ailleurs l’occasion pour dire que le code de la famille n’est pas progressé. “Le code de la famille de 1984 est venu remettre en cause certains acquis de famille dont on peut citer le jugement rendu en première instance. On ne demande même pas au mari la raison de demander le divorce. Et le divorce n’est même pas passible d’appel, alors que cela était possible avant 1984, c'est-à-dire du temps où les juges interprétaient selon le droit musulman. La femme avant 1984 était maintenue sur les lieux. Actuellement, on continue à allouer à la femme divorcée une pension alimentaire calculée sur une année de vie conjugale même si le couple à vécu ensemble plus de quarante ans. Le code de la famille ne protège pas la famille parce que tout simplement il ne tient pas compte de la réalité du terrain”, conclut l’avocate. Une représentante de l’association Rachda a attiré l’attention de l’assistance en parlant des conditions déplorables et surtout de l’injustice que subit la femme dans l’Algérie profonde.

Source Liberté Ali Farès

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires