Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 10:13

Le FFS s’attend à une grande mobilisation citoyenne

Algerie-FFS.jpg

 

Le Front des forces socialistes se prépare à tenir son premier grand rassemblement à Alger depuis 2004. Le meeting, qui va avoir lieu demain à la salle Atlas de Bab El Oued à partir de 14h30, se veut «un appel aux forces du changement, pour dire que l’Algérie n’est pas un pays à part, que les Algériens ne sont pas un peuple à part et qu’ils veulent exister dans le présent et dans l’avenir».

Depuis plusieurs années, la capitale n’a pas vu d’affiches de partis politiques en dehors des campagnes électorales. Une preuve encore de la fermeture de l’espace public aux formations politiques sous un état d’urgence ciselé comme une chaîne autour des libertés.

Des libertés qui, faut-il le souligner, sont toujours à arracher puisque la levée de l’état d’urgence n’a pas affranchi la libre expression. Donc, cet appel du FFS qui orne les murs de la capitale depuis quelques jours, lance un défi aux forces du changement pour construire «une Algérie libre et heureuse». «Nous nous attendons à une grande mobilisation», a souligné le premier secrétaire du Front des forces socialistes contacté hier par téléphone. Karim Tabbou se dit très satisfait de l’écho rencontré auprès des citoyens à Alger qui ont exprimé un grand respect envers le parti. «Nous sommes confiants et nous nous attendons à ce que la salle soit plus que pleine», dit-il.

Se refusant à donner plus de détails sur les invités attendus par le FFS ce vendredi, M. Tabbou s’est contenté de dire que le parti a fait appel à toutes les forces du changement qui se retrouvent dans la quête de «la liberté, la dignité, la justice, l’équité et la solidarité. Et ceux qui sont pour la construction d’une Algérie nouvelle». A noter que malgré l’instruction du Conseil des ministres pour ouvrir gracieusement les salles de la capitale aux partis politique, le FFS se trouve tenu de payer pas moins de 230 000 DA la salle Atlas. «Il se trouve qu’avant la décision du Conseil des ministres, nous avons été destinataires d’une facture de 800 000 DA soit 80 millions de centimes.

Puis à la suite de la décision du Conseil, nous avons vu la facture réduite de 75% sans qu’on nous dise le pourquoi de cette remise», explique Tabbou qui dit avoir écrit une lettre au wali au sujet de la décision de gratuité des salles pour les formations politiques et n’a reçu aucune réponse. Le meeting de demain se veut donc un lieu de rassemblement pour les forces du changement et sera le premier d’une série d’autres meetings à attendre dans différentes wilayas du pays notamment Sétif, Saïda et Mascara. Le choix des meetings comme moyen d’exprimer son refus de voir le régime se maintenir est perçu par le FFS comme l’approche à entreprendre en ces temps où le travail de la réhabilitation du politique se pose avec acuité.

«La responsabilité de toutes les composantes de la société est de trouver une expression politique et programmatique à ces aspirations», note le premier secrétaire du FFS dans une récente déclaration. Il estime qu’en ces temps où des tentatives de discréditer la pratique politique et les partis politiques se font jour, «il est urgent de rassembler tous ceux qui refusent tous les enfermements et ceux qui prônent une pratique citoyenne effective».

Source El Watan Nadjia Bouaricha

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires