Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 04:15
Les islamistes ont essuyé une véritable Bérézina.
Bouteflika Oran
L'épouvantail islamiste a fait encore recette. Le FLN est sorti grand vainqueur de ces élections. Il a dominé tous ses concurrents dans la majorité des wilayas. L'Alliance verte n'a pas créé le «miracle vert» que l'on nous annonçait. Le taux de participation frôle les 45%. C'est inédit, osent soutenir certains observateurs, dans l'histoire de l'Algérie fonctionnant selon le mode de la bouteille à moitié pleine ou à moitié vide.
A dire vrai, beaucoup dans le Monde arabe ne souhaitaient-ils pas que l'Algérie tombe à son tour dans l'escarcelle de ce qui a fait le pactole des «révolutions» du printemps 2011?
Le vieux parti, celui que l'on chargeait de tous les maux, a arraché le dernier mot. On décrivait une Algérie morose, déprimée, déboussolée, dirigée par une caste corrompue, autiste et usée jusqu'à la corde, même prête à se donner au premier venu. Nous savions, par expérience, que la politique est le lieu d'élection de la calomnie, cela expliquant peut-être pourquoi dans ce pays, vivent les hommes politiques et une élite intellectuelle parmi les plus retardataires et les plus obscurantistes qui excellent dans l'art de porter des coups de couteau dans le dos de la République. Il flottait sur l'Algérie un climat de doute. A cette attente douloureuse des résultats, l'on nous promettait en prime que l'«Alliance verte» - composée de trois partis - allait rafler la mise. Ne nous l'a-t-on pas présentée comme une espèce de grand holding en quête de nouvelles parts de marché? Comment allions-nous nous en sortir?
Tunisie, Libye, Maroc, Egypte, Yémen, la vague verte balaie tous les relents des systèmes ayant gouverné sous la botte de despotes le Monde arabe. La question hantait les esprits de beaucoup de familles algériennes: allons-nous y échapper?
Sur ce front de guerre, le FLN de Belkhadem s'est dit qu'il va falloir encore rajouter une balle à son fusil.
En décryptant les résultats, apparaissent, en toute évidence, les motifs qui ont évité à l'Algérie de vivre le choc d'une Bérézina annoncée en fanfare par les médias du monde entier.
Près de dix millions d'Algériens ont choisi le vote refuge. Utile en même temps.
L'Algérie s'en est sortie, avec brio, de son aventure démocratique. Notre peuple a appris à tirer, comme tout peuple majeur, les leçons de ses propres tragédies qui ont jalonné son Histoire.
Ce que nous aimons en nous-mêmes c'est notre capacité à surmonter les défis, à survivre aux drames, aux coups fumants. Nous l'avons admirablement bien fait depuis les années sanglantes du terrorisme. Ce qui prouve que nous aimons la vie.
L'Histoire est une grande dame. Elle sait passer les plats. Et c'est pourquoi, le FLN s'en est bien servi. Il continue à vendre du rêve aux Algériens. Ne s'arroge-t-il pas à lui seul 220 sièges dans la future Assemblée? L'exception algérienne vient de changer carrément la donne dans le Monde arabe.
Source L’Expression
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires