Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 07:34

L’ambassadeur Xavier Driencourt lui a rendu visite

fromage-kabyle.jpg

 

Alors que la France et la Suisse se disputent le fromage au pied de Tamgout, nos responsables attendent... Godot.

Après quinze ans passés à Gruyère, une région du canton de Fribourg, en Suisse, où, il a découvert sa passion pour le fromage, Rachid Ibersiène rentre au pays pour ouvrir sa propre fabrique de fromage à Tamaâssit, un village de Kabylie, près de Tizi Ouzou. Au fait, ce n'est qu'un juste retour à son ancienne passion qui lui a été inculquée en 1990 par ses amis Suisses de la région de Gruyère. Et comme cette passion a donné des flammes, ce conseiller en informatique décide carrément de faire une formation d'artisan fromager. Première recette: une très belle région forestière en Kabylie, de préférence «Tamgout», tout mélanger avec affection, beaucoup de lait et d'amour. Tourner le tout en ouvrant sa propre fabrique dans son village, Tamaâssit, dans la commune d'Aghribs. Ainsi naquit le fromage «Le Vacherin». Juste du lait de vache cru, sans le moindre produit additif. Du naturellement savoureux!
Depuis sa fabrique artisanale, lui et ses quelques employés, tout ce que produit Rachid s'envole sur le marché local. En plus de la qualité équivalente ou supérieure par rapport aux fromages d'importation, le «Vacherin» est très compétitif sur le plan prix puisqu'il est nettement moins cher. Ainsi l'histoire délicieusement racontée par un confrère du journal El Watan, c'est l'ambassadeur du pays du fromage, Xavier Driencourt, ambassadeur de France à Alger, qui cède à la gourmandise. Sans perdre de temps, il a rendu visite le 4 janvier dernier au fromager de Tamaâssit, dans un village situé à 40 km à l'est de Tizi Ouzou. M. Driencourt a effectué ainsi une grande visite dans la petite fabrique de fromage de Rachid. Goûtant ce produit de haute qualité, l'ambassadeur est venu pour d'abord féliciter mais surtout encourager le producteur.
«Je suis venu pour féliciter et encourager ce fromager. L'Algérie ce n'est pas seulement le pétrole, il y a aussi l'agriculture, un secteur très important», a déclaré
M. Driencourt. Après s'être prêté à une séance de dégustation, mais surtout après avoir aimé, M.Driencourt lui a suggéré de le mettre en contact avec des coopératives françaises opérant dans le domaine. Ainsi naquit une seconde légende: «Le fromager de Kabylie qui a séduit la France».
Cerise sur le gâteau, Rachid jette les jalons d'une troisième légende: la fabrication de la confiture au lait. Un produit méconnu, chez nous. Jusque-là, tout ce qui est blanc n'est pas fromage, puisque tout ce beau rêve et toute cette belle oeuvre le fromager fait face à des blocage administratifs qui n'honorent guère nos responsables. Aux facilitations proposées par l'ambassadeur de France, Rachid n'arrive pas à se départir des méandres de la bureaucratie dans lesquels il se débat. Espérer une visite de la part des responsables en charge de l'agriculture et de l'industrie, cela fait partie du rêve pour lui qui revient de la Suisse, excusez du peu.
En effet, malgré sa sollicitation réglementaire pour une aide publique afin d'engager une grande surface en Algérie, les portes lui sont fermées. «Depuis 4 ans, je mène un combat tout seul: il n'y a personne qui veut m'aider», a-t-il regretté, parlant de l'administration. Côté algérien, ça ne fermente toujours pas puisque «soutenir un pareil projet, c'est économiser directement pour l'Algérie pas moins de 300 millions de dollars», indique le passionné du fromage. Après M.Driencourt qui vient de goûter, ce sera au tour de «l'ambassadeur de Suisse qui fera de même vers la fin du mois de janvier en cours», nous a indiqué Rachid. Alors que la France et et la Suisse se disputent la vedette au pied de «Tamgout», «nos responsables puent le camembert de la bureaucratie».
Depuis 2006, Rachid produit son fromage dans sa petite fabrique qui se nourrit du lait des éleveurs locaux. Quand on voit qu'au moment où un petit producteur hors norme terrassé par la démission des siens et lacéré par la bureaucratie stérile et en face une France qui se déplace dans un village lointain de Kabylie pour l'encourager et l'aider, même le fromage aura tourné!

Source L’Expression Idir Tazerout

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires