Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:20

Commerce informel, un retour en force

informel-algerie.jpg

 

Le commerce informel a fait sa réapparition pour ce mois de ramadhan, malgré la «guerre» qui lui a été déclarée et les campagnes de nettoyage annoncées en grande pompe par le gouvernement. Ceci, alors que le programme de réalisation des marchés de proximité, promis par le gouvernement, tarde encore à voir le jour.

Revoilà le commerce informel ! Menée tambour battant avec des moyens logistiques et humains impressionnants, l’opération s’essouffle après quelques mois. Le mois sacré de ramadhan, qui a débuté avant-hier, a montré l’incapacité du gouvernement à mettre fin à ce phénomène qui gangrène l’économie nationale. Les trabendistes étalent toujours «leurs produits», sur les trottoirs, les places publiques et à l’entrée des immeubles. En fait, les récalcitrants n’ont, dès le début, pas baissé les bras comme c’est le cas à Bab El-Oued ou à La Casbah. Mais, il y a également ce programme d’urgence visant la résorption du commerce informel, lancé sous la férule du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, ou du programme impliquant le ministère du Commerce, la réalisation des infrastructures prévues qui n’a pas été au rendez-vous fixé initialement. «Les projets de réalisation de nouveaux marchés, entrant dans le cadre de l’opération de résorption des marchés informels seront fin prêts avant le mois de ramadhan», avait promis le ministre de l’Intérieur avant le début de l’opération d’éradication des marchés informels. Le programme de réalisation des marchés de proximité, relevant du département de Daho Ould-Kablia et confié à l’entreprise Batimetal, n’est pas totalement réceptionné, comme prévu. Sur les 327 marchés prévus, seulement 128 ont été réceptionnés et 42 autres devraient être livrés avant le ramadhan. Le reste des infrastructures commerciales devrait être toutefois achevé d’ici le mois de septembre prochain, à cause de retards dans le montage. Le groupe Batimetal, une filiale de la SGP Construmet, vise à livrer au niveau national, 330 marchés couverts, 3 000 box de commerce, 2 500 unités commerciales mobiles (tables de marché) avant la fin juillet 2013 dans le cadre de la résorption du commerce informel, comme l’a annoncé son directeur repris par l’APS. A Alger, une enveloppe de 520 millions de dinars a été dégagée pour la réalisation des marchés. 680 commerçants devraient être intégrés à la faveur de ce programme, dont les travaux de réalisation n’excèdent pas 5 mois. Les 17 marchés sont répartis dans les communes d’El Harrach, Réghaïa, Bab Ezzouar, Mohammadia, Bourouba, Bachdjarah, Birtouta, Tassala El Merdja, Kouba, Belouizdad et Sidi M’hamed. De même, la réalisation de 514 marchés couverts, programmée depuis 2011 par le ministère du Commerce, financée à hauteur de 20 milliards de dinars et devant s’achever en 2014, est à peine lancée. Le ministre du Commerce, lui, se montre satisfait de l’état d’avancement de l’opération d’éradication des marchés informels. Mustapha Benbada a affirmé que l’entrée en service avant le ramadhan des nouveaux marchés de proximité garantira la stabilité des prix des denrées. Ces nouvelles structures de proximité permettront également, selon le ministre, de mieux organiser l’activité commerciale et d’assurer une meilleure disponibilité des produits alimentaires de base. «Les marchés de proximité réalisés dans des délais record au titre d’un programme d’urgence afin d’organiser le commerce et d’éliminer les activités commerciales informelles dépassent ce qui a été réalisé en une décennie», a estimé Benbada. La réalité de ce mois de ramadhan montre, contrairement à ce que dit le ministre du Ccommerce, que l’opération d’éradication de l’informel est vouée à l’échec. Idem pour le projet de réalisation des marchés de proximité à travers le pays.       

Source Le Jour d’Algérie Mehdi Ait Mouloud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires