Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 07:11

Vers des élections anticipées

assemblee.jpg

 

Quatre ministres sont concernés. Il s’agit respectivement des ministres de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, de la Communication, Nacer Mehal, de la Justice, Tayeb Belaiz, en plus de la consultation du ministre des Finances, Karim Djoudi, concernant le budget qui sera consacré à ce rendez-vous électoral.

Il y a cinq jours, le gouvernement a tenu la première réunion de la commission nationale chargée de la préparation des élections législatives. Une réunion suivie d’une instruction du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, portant sur l installation de cinq sous-commissions chargées notamment de l’aspect technique, sécuritaire, juridique, communicationnel et financier, a-t-on appris de sources gouvernementales.

Dans ce cadre, quatre ministres sont concernés. Il s’agit respectivement des ministres de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, de la communication, Nacer Mehal, de la Justice, Tayeb Belaiz, en plus de la consultation du ministre des Finances, Karim Djoudi, concernant le budget qui sera consacré à ce rendez-vous électoral.

Le gouvernement semble avoir sérieusement entamé la préparation des échéances de 2012, ce qui n’écarte pas l’éventualité que ce rendez-vous électoral pourrait intervenir avant sa date légale, c’est-à-dire avril au lieu de mai.

Cette hypothèse n’est pas écartée si on se réfère également aux dernières déclarations du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui a annoncé mercredi 7 décembre depuis Paris une révision de la Constitution pour le second trimestre 2012, sachant que la révision du texte fondamental de la République doit passer par le Parlement issu des prochaines législatives.

Par ailleurs, rien ne peut expliquer le retardement de l’organisation des élections législatives et l’annonce de l’amendement de la Constitution, d’autant que le Parlement aura fini avec les projets de loi s’inscrivant dans le cadre des réformes politiques avant la fin du mois de décembre en cours. D’ailleurs, trois textes législatifs ont déjà été validés par les deux chambres du Parlement, notamment ceux concernant l’incompatibilité de mandat parlementaire, la représentation des femmes aux Assemblées élues et le régime électoral, textes qui ont un lien direct avec les prochaines législatives. D’autre part, le projet de loi sur les partis politiques a été validé par la chambre basse du Parlement et attend sa validation par le Conseil de la nation. Ce texte permettra aux nouvelles formations politiques l’obtention de l’agrément, même si elles n’auront pas le temps de se positionner et organiser leurs campagnes électorales alors que certains partis de la scène politique sont déjà en pré-campagne. Il reste deux textes de loi à valider, notamment le projet de loi organique concernant les associations, dont la plénière de vote est programmée pour aujourd’hui, avant de passer à celui relatif code de l’information.

Il est à préciser que la commission nationale chargée de la préparation des prochaines législatives, présidée par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, est composée de représentants de plusieurs ministères et est constituée de cinq sous-commissions.

Au niveau des partis politiques, la pré- campagne a déjà commencé et les leaders sont déjà sur le terrain.

Dans ce cadre, il est à relever trois spécificités à ces législatives. Il s’agit en premier lieu du cas FLN. Ce parti, qui a été des années durant majoritaire dans les Assemblées élues, pourra connaître un recul si les redresseurs maintiennent leur menace en participant aux élections à travers des listes indépendantes parallèles à celles du FLN.

En deuxième lieu, il y a les islamistes qui semblent plus qu’optimistes quant à leurs résultats lors de ces élections, une ambition motivée par la montée des islamistes dans les pays voisins ( Libye, Maroc, Tunisie).

En troisième lieu, il y a le cas du FFS. Ce parti qui boycotte depuis des années les élections législatives pourra créer la surprise et participer à ces élections maintenant qu’il a décidé de récupérer ses anciens cadres et la programmation, dès la fin du mois de janvier 2012, d’une convention nationale sur les échéances électorales.

Enfin, ces législatives connaîtront une importante participation des partis alors que celle des électeurs reste posée.

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires