Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 09:15
Des textes juridiques seront révisés
paperasse a la corbeille 
Longtemps considérée comme une des priorités du gouvernement, l'amélioration du service public et par extension, l'accueil du citoyen au sein de différentes administrations, est un projet désormais en " route".
Le gouvernement s'attelle en effet, à préparer le terrain pour la révision des textes juridiques en relation avec le service public pour les réactualiser. C'est ce qu'a indiqué, hier à Sidi Bel-Abbès, le ministre chargé de la Réforme du service public, Mohamed El-Ghazi. "Nous sommes en train de préparer le terrain pour réviser les textes en relation avec le service public dans les différents secteurs d'activités pour les réactualiser", a indiqué le représentant du gouvernement à l'APS en marge de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Sidi Bel-Abbès. "Cette opération est la première étape dans la série de réformes de l'administration publique afin de lui redonner sa place et son rôle et ainsi redonner confiance aux citoyens", a précisé le ministre considérant que les sorties sur le terrain et les rencontres avec la société civile étaient autant de "précieuses occasions " pour s'enquérir de près des préoccupations de la population à travers le pays. Le ministre avait par ailleurs, déclaré mardi à Alger, lors d'une visite à travers des structures du secteur de l'emploi et de la sécurité sociale implantées dans la capitale, qu'une série de mesures est en cours d'élaboration dans le but d'améliorer le service public, notamment s'agissant de la prise en charge des jeunes demandeurs d'emplois et des retraités. "Ces mesures sont de nature à renforcer la relation de confiance entre le citoyen et l'administration", avait-il précisé avant de mettre en relief le souci du secteur de l'emploi "de veiller à la réforme du service public au mieux des intérêts du citoyen qui souffre de la bureaucratie et même quelques fois de certaines entraves". La question de l'amélioration du service public n'est toutefois pas " nouvelle ", puisque le président de la République avait déjà évoqué cette nécessité lors du conseil des ministres du 3 février 2011." A présent que les fruits des efforts consentis sont chaque jour plus visibles, il importe de continuer à répondre aux besoins de notre peuple avec une prise en charge affinée des urgences et une qualité de service et de prestations publiques meilleures ", avait souligné le chef de l'Etat. le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait pour sa part, souligné juste après sa nomination au poste de Premier ministre, que l'amélioration du service public pour gagner la confiance du citoyen est " l'objectif suprême " de l'Exécutif. Dahou Ould Kablia avait dans la foulée instruit les walis à œuvrer dans ce sens. Après le dernier remaniement ministériel, un nouveau département a été créé exclusivement à cet effet et qui a pour nom, ministère auprès du Premier ministère, chargé de la Réforme du service public, A l'occasion du Conseil des ministres du 29 septembre, le président Bouteflika a réiréré l'exigence en insistant sur la nécessité impérieuse, pour toutes les institutions de l'Etat, d'être "en permanence" à l'écoute de la société et de développer les "canaux appropriés" de dialogue et de concertation. " Cette mission requiert obligatoirement une administration efficace et transparente basée sur un service public moderne et de qualité, débarrassée des nuisances de la bureaucratie ", avait-il relevé, ajoutant que le citoyen "doit pouvoir compter sur l'agent public et lui faire confiance ".   
Source Les Débats Sofiane Aït Mohamed
Le Pèlerin  
Partager cet article
Repost0

commentaires