Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 07:24

Algérie - Farouk Ksentini l’a annoncé jeudi 

 Des rapporteurs de l’ONU à Alger : pourquoi ?

ONU

Le gouvernement vient de lancer des invitations à différentes commissions chargées des droits de l’Homme en Italie, en Espagne, en France et au Royaume-Uni pour venir en Algérie et faire des investigations. Des rapporteurs spéciaux seront également sollicités pour enquêter sur l’évolution de la liberté de la presse, la violence contre les femmes, le doit à l’éducation, à la santé, au logement et à l’eau. Ils seront à Alger en septembre.

La prochaine rentrée sociale, qui s’annonce déjà “bruyante”, sera marquée par la présence de rapporteurs étrangers spéciaux qui enquêteraient sur l’évolution des droits de l’Homme en Algérie dans divers domaines. C’est du moins ce qu’a annoncé Me Farouk Ksentini, lors d’une rencontre jeudi au Forum d’El-Moudjahid. Ces rapporteurs ont été sollicités par les autorités pour enquêter sur l’évolution de la liberté de la presse, le droit à un logement convenable, le droit à l’éducation, à l’eau et à l’assainissement, à la santé mentale et physique. “La décision des autorités algériennes d’ouvrir la porte aux rapporteurs pour établir un audit sur les droits de l’Homme est un décision extrêmement importante”, a dit Ksentini. Et d’ajouter que des invitations ont été lancées, d’autre part, par son institution à des commissions chargées des droits de l’Homme à Rome, à Madrid, à Paris et à Londres… pour la même mission.

Une mission durant laquelle “nous les accompagnerons pour leur faciliter le travail”. Questions : qu’en est-il des autres ONG dont Alger avait refusé la venue à une certaine époque ? Pourquoi ces invitations en ce moment bien précis ?

Me Ksentini répond : “Les ONG n’ont pas été autorisées à venir en Algérie. J’espère que leur interdiction sera levée dans le futur, car nous n’avons rien à cacher.” Revenant sur les raisons qui avaient poussé Alger à leur refuser les visas d’entrée, il y a quelques années, le conférencier plaidera le fait que “l’Algérie a rompu avec les ONG car elles ont pris position pour le terrorisme en soutenant que l’Algérie combat la démocratie et la société civile au moment où le pays faisait face à une montée du terrorisme. C’est à partir de cette confusion qu’elles ont lancé le slogan de “qui tue qui ?” et ont terni l’image du pays. Cette position est inadmissible. Je leur avais demandé de s’excuser officiellement mais elles ne l’ont pas fait et ce n’est pas normal.” L’orateur rappellera qu’“il a fallu attendre le 11 septembre 2001 pour que les ONG revoient leur jugement et découvrent qu’il n’est pas facile de combattre le terrorisme”.

Bilan partiel positif des droits de l’Homme

Abordant la situation actuelle des droits de l’homme, Me Ksentini dira que le bilan “partiel, objectif et sérieux” établi par sa commission fait état de “l’évolution substantielle de la situation. C’est de mieux en mieux. Nous ne sommes pas au top mais nous ne sommes pas au bas du tableau. Nous sommes au milieu”. Pour le conférencier, “les choses vont lentement car nous n’avons pas encore acquis la culture des droits de l’homme en raison du colonialisme”. C’est ce qui explique le fait que “des insuffisances persistent. Mais nous continuons notre combat”. Parmi ces insuffisances, le président de la Commission nationale des droits de l’homme citera : l’abus de l’administration et la bureaucratie. Enfin pour Me Ksentini, “le véritable défenseur des droits de l’homme est l’état. Plus l’état est fort, plus les droits de l’homme sont protégés”.

Justice : “Elle doit évoluer par la qualité et non par les chiffres”

Par ailleurs, interrogé sur le bilan de la réforme de la justice, Me Ksentini estime que “des efforts sont faits mais il y a toujours des dysfonctionnements. Le recours abusif à la détention préventive que nous avons toujours dénoncé s’est quelque peu amélioré mais pas comme il se doit”.

Il est vrai, reconnaît le conférencier, que les choses sont en train de se faire. Il citera l’amélioration des conditions d’incarcération par la construction de 13 nouvelles prisons et le renforcement de la formation des magistrats.

Selon l’orateur, le secteur de “la justice doit évoluer par la qualité et non par les chiffres”. à signaler enfin que l’hôte du forum a révélé que la Commission nationale des droits de l’homme compte se déplacer dans les écoles et établissements scolaires pour voir dans quelles conditions sont scolarisés les enfants.

Source Liberté Malika Ben

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires