Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 10:10

 Algérie - Maroc : vers la normalisation ?

algerie maroc

 

Le Maroc réclame avec insistance et de façon pressante ces derniers temps aux autorités algériennes la réouverture de la frontière entre les deux pays. Paris, Madrid et Washington font pression dans le même sens sur Alger. Il est vrai que tout plaide en faveur de la réouverture de la frontière entre l'Algérie et le Maroc. Les arguments se manquent pas pour dénoncer en tant qu'incongruité l'interdiction de la libre circulation des personnes et des biens entre deux pays aux rapports multiformes, forts et denses humainement et culturellement.
Sauf que le Maroc et ceux qui relayent sa demande font comme si l'Algérie est unilatéralement responsable de l'enchaînement des faits et décisions qui ont conduit à la fermeture de la frontière algéro-marocaine. Les Algériens n'ont pas la mémoire courte et pour cette raison, même en étant favorables au principe de la réouverture de la frontière avec le Maroc, ils veulent qu'au préalable il soit établi que le Trône et le Makhzen ont agi de sorte que l'Algérie, par dignité, ne pouvait faire autrement que fermer sa frontière avec le Royaume. Ce n'est pas ce que semble vouloir Rabat, qui persiste et signe à considérer que le Maroc n'a rien à se reprocher à l'égard de l'Algérie.
La réouverture de la frontière avec l'Algérie constituerait pour le Royaume la source d'apports financiers dont son économie a grandement besoin, confrontée qu'elle est aux impacts négatifs qu'a sur elle le climat d'incertitude engendré internationalement par le mouvement de contestation qui a atteint le Maroc dans la foulée du «printemps arabe» et par l'attentat terroriste de Marrakech.
Elle n'est pas sans intéresser l'Algérie pour qui elle peut s'accompagner de l'opportunité de réaliser de fructueuses affaires économiques avec le pays voisin. Les deux pays ont intérêt à normaliser leurs relations. C'est incontestable, mais pas à n'importe quel prix. Et surtout pas à celui imposant qu'il ne soit tenu compte que des intérêts d'un seul. En l'occurrence, les pressions qu'exercent le Maroc et les puissances qui l'appuient visent à cela. Sinon, comment expliquer qu'ils demandent à l'Algérie de rouvrir sa frontière avec le Royaume en ignorant dans le même temps les conditions qu'elle met à cette opération.
L'Algérie ne peut, sans gravement nuire à sa crédibilité, procéder à cette réouverture tant que le Maroc n'accepte pas d'engager avec elle un dialogue et des discussions portant sur l'ensemble des dossiers qui parasitent leurs relations et les empêchent d'être sereins et confiants.
L'Algérie et le Maroc ont tout pour former un ensemble attractif pour le monde extérieur. Leurs peuples sont acquis à cette perspective. S'ils sont loin d'avoir jeté les bases d'une coopération gagnant-gagnant, ce n'est pas la faute des peuples mais de dirigeants dans les deux pays dépourvus de la capacité d'aller à l'essentiel, de voir, au-delà de leurs divergences et inimitiés, ce qui est profitable pour leurs nations et la région dans son ensemble.
Peut-être que l'ébullition citoyenne qui est en cours dans les sociétés algérienne et marocaine va basculer la vision et les décisions de ces dirigeants. Qu'enfin le Maghreb des peuples prenne le relais de celui des Etats, dont on a eu à connaître le stérile résultat.

Source Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires